La petite maison délabrée

La petite maison délabrée -Crédit photo: Osman

La petite maison délabrée -Crédit photo: Osman

Par un matin pluvieux de janvier 2017, bravant les intempéries qui menacent la ville, après une vingtaine de minutes de route, me voici à Palo Blanco, une petite localité située au Nord de Puerto Plata en République dominicaine. J’allais voir un ami fraîchement revenu d’Haïti. Ici, comme dans beaucoup d’autres localités à forte concentration d’immigrants haïtiens, les mauvaises conditions de vie des gens échappent difficilement à la sensibilité de l’observateur. Infrastructures, eau potable, électricité, […], tout cela est du luxe pour les habitants de cette zone, abandonnée sur une ancienne plantation de canne à sucre.

Lire la suite

Éloge de la vie nocturne

Vie nocturne à Puerto Plata © Osman

Un samedi soir de novembre, le ciel de plus en plus grisâtre laisse peu de bonnes prévisions à la vie nocturne. Mais ici, en République dominicaine, où le peuple souverain serait né avec une prédisposition génétique liée au plaisir, on n’a jamais besoin du beau temps pour répondre aux appels du divertissement. Surtout le week-end.

Lire la suite

Le cireur de bottes et son journal

Puerto Plata-Le cireur de bottes et son journal-Crédit : Osman

Puerto Plata-Le cireur de bottes et son journal-Crédit : Osman

Il est à peine treize heures. Le soleil se balade librement dans le ciel limpide de Puerto Plata. Entre-temps, la température avoisine les 30°C. Le climat s’intensifie au fil des minutes. Les rues de la ville connaissent une allure pressante. Des enfants reviennent de l’école. Les concerts des véhicules nuisent aux abonnés du silence. Les rayons vainqueurs du soleil calcinent la peau des piétons.  Les trottoirs de l’avenue Ginebra sont occupés d’un bout à l’autre. L’image d’une cité congestionnée.

Lire la suite

La fille qui ne croit plus en l’amour

Une femme en tristesse © https://pixabay.com/es/triste-deprimido-la-depresi%C3%B3n-505857/

Une femme en tristesse © https://pixabay.com/es/triste-deprimido-la-depresi%C3%B3n-505857/

Une, deux, trois expériences au compteur, la mémoire encombrée d’épouvantables souvenirs, l’âme encore alourdie par la haine […], à seulement vingt-six ans, Jeanne songe déjà à fermer la parenthèse de sa vie amoureuse. Pourtant avant, elle s’y accrochait avec une naïveté maladive. Aujourd’hui, entre angoisse et méfiance, le présent a eu raison de son passé, marqué de sa crédulité féminine. Cœur plein de mépris et de déceptions, la fille ne se sent plus capable de se livrer à aucun homme. Le comble de la méfiance.

Lire la suite

L’ennui de la distance

Crédit © http://www.publicdomainpictures.net

Crédit © http://www.publicdomainpictures.net

Il est à peine jour, la nuit s’en alla dans une discrétion inhabituelle. Elle a emporté sur ses bras meurtriers, le cadavre de mes rêves avortés. L’insomnie a eu encore raison de mon sommeil, une nouvelle fois troublé par son absence, de plus en plus insupportable.

Lire la suite

Lettre à une amante en voyage

 

Lettre écrite à la main © : http://publicdomainvectors.org/photos/writinghand.png

Lettre écrite à la main © : http://publicdomainvectors.org/photos/writinghand.png

Admirable Fabie,

En cette fin d’après-midi brumeuse, où le soleil a dû précipitamment céder à la pression de cette colonie de nuages de plus en plus épaisses, dans le froid de ma chambre un peu terne, mes doigts me servent d’appui, pour caresser les touches rebelles de mon ordinateur, et t’écrire ces quelques lignes déjà mal agencées dans ma pensée chancelante.

Lire la suite

Photographie d’un rêve assassiné

Une brouette de canne à sucre/Crédit © Osman Jérôme

Une brouette de canne à sucre/Crédit © Osman Jérôme

Musculature décharnée, chemise rapiécée, visage altéré par le soleil, des chaussures épuisées […], c’est la première image que l’on retiendra tout d’abord de cet immigrant, vendeur ambulant de canne à sucre, rencontré dans un quartier populeux à Puerto Plata, en République dominicaine. Haut comme les gradins d’un stade, regard attentif, l’homme traverse la rue, poussant malaisément sa brouette de marchandises. Chaque jour, il doit parcourir la ville à la recherche de sa vie, et celle des siens aussi.

Lire la suite

D’un cœur en agonie

Un cœur en agonie/ © Michael Pierre-Louis, l’Autre Haïti

Un cœur en agonie/ © Michael Pierre-Louis, l’Autre Haïti

Il est à peine 6h du matin. Lourds comme des canons, les paupières se dégagent difficilement de mes yeux. Toujours sous le poids de la fatigue d’hier, mon corps ne veut pas quitter le lit. Dehors, le coq du voisin d’à côté anime le quartier. Au-dessus du toit de ma chambre, le ciel est grisâtre. Il fait sombre. Mais le jour se pointe quand même à l’horizon.

Lire la suite