Le prix d’une place à l’Université d’Etat d’Haïti (UEH)

Article : Le prix d’une place à l’Université d’Etat d’Haïti (UEH)
1 octobre 2012

Le prix d’une place à l’Université d’Etat d’Haïti (UEH)

Dans la vie, tout a un prix, même si tout ne s’achète pas. Ici en Haïti où même l’essentiel est un luxe, rien ne se donne comme cadeau. En effet, comme pour travailler dans certaines boites, rentrer à l’Université publique du pays n’est pas une aubaine, mais un combat de «Super man».

Avec une capacité moyenne de 4500 étudiants, l’Université d’Etat d’Haïti ci-devant l’Université d’Haïti est la plus grande Université du pays, en dépit qu’elle soit loin de répondre adéquatement à sa principale mission qui est de : Contribuer à maintenir l’enseignement supérieur en Haïti au niveau des avancées de la science et de la technologie.

Regroupant onze (11) entités, dont Faculté d’Ethnologie (FE), Faculté des Sciences Humaines (FASCH), Faculté de Médecine et de Pharmacie (FMP), Ecole Normal Supérieure (ENS), INAGHEI, Faculté de Droit et des Sciences Économiques (FDSE), Faculté des Sciences (FDS), Faculté de Linguistique Appliquée (FLA), IERAH/ISERSS, Faculté d’Agronomie et de Médecine Vétérinaire (FAMV) et Faculté d’Odontologie (FO). Ces maillons constituent la plus grande chaine universitaire de la République, toujours en proie à toutes sortes de crise.

Cependant, malgré toutes ces difficultés d’ordre infrastructurel, organisationnel et fonctionnel dont fait face l’UEH, elle reste et demeure pour certains la meilleure option à prendre. Surtout quand on n’a pas le moyen d’aller se former à l’étranger.

Chaque année, on enregistre plus de 26.000 inscrits dans les différentes facultés de l’UEH dont la capacité d’accueil ne dépasse plus de 4500 places, même en incluant l’ouverture prochaine du Campus de Limonade. Et qui pis est, une partie importante de ces places sont réservées à des ministres, des parlementaires, des officiels du gouvernement, ayant, eux aussi des petits proches qui doivent également rentrer à l’Université publique du pays sans passer par les traditionnels concours. Et n’en parlons même pas du phénomène des places vendues. Suivez mon regard.

Parmi ceux qui ont bouclé leurs études en Haïti, un infirme pourcentage va se filer sous d’autres cieux pour se former. D’autres vont s’orienter dans des centres universitaires privés, qui ne répondent toujours pas aux bourses de la masse. Donc, vous pouvez déjà vous faire une idée de la bataille féroce à laquelle doit se livrer celui qui, à tout prix ou par la force des choses veut se faire une place à l’une des facs de l’UEH. Se faire inscrire, subir le concours, être admis, se faire immatriculer, garder sa place durant la première année, tout se révèle du parcours d’un vrai combattant.

En 2008, j’en ai moi-même fait cette expérience vertigineuse. En dépit que j’habitais  à Port-au-Prince en ce moment, je me rappelle avoir laissé ma maison à 5h du mat pour aller me faire piétiner, bousculer, chiffonner dans une longue file durant de bonnes heures avant de me faire finalement inscrire à la Faculté d’Ethnologie (FE). Heureusement depuis quelques temps que ça a un peu changé avec le processus des inscriptions qui se font via internet. Même si entre autre, la validation des pièces reste encore un cauchemar pour les inscrits.

Cependant, malgré les calamités et les péripéties connues pour se faire inscrire et passer le concours d’admission, mais voir votre nom parmi les 250 retenus sur les 2500 inscrits, par exemple  à la FE se transforme en une joie explosive, plus sensationnelle que toutes autres choses. Vous êtes heureux. Vous êtes félicités, spécialement pour cette victoire remportée sur la méchanceté et l’incompétence des  autorités, qui ne font rien pour améliorer les conditions d’études supérieures dans le pays.

Vous êtes fier. Sachant surtout qu’il y a de vos amis, ayant passé presque presqu’une décennie à payer les 500 HTG réclamées pour les frais de l’inscription sans parvenir un jour à être admis. Alors, là vous pouvez crier « J’ai combattu de bons combats, et désormais la couronne de l’UEH m’est réservée ».  Lol !

Par ailleurs, le nouveau étudiant doit commencer par se préparer à une perpétuelle lutte contre certains vieux démons dont Recteur, Doyen, Professeurs qui se transforment souvent en des barricades humaines pour l’empêcher à décrocher à temps voulu une Licence, une Maitrise ou autres.

Osman Jérôme

NB : Suivez les activités de ce blog sur Facebook.

 

Partagez

Commentaires

josianekouagheu
Répondre

Je comprends tout Osman. Tu sais, j'ai toujours l'impression que les dirigeants des pays sous-développés ne veulent pas l'évolution de leur pays. Car, comment comprendre que cette manière de tuer son éducation?

Osman
Répondre

Le problème ici en Haïti, comme peut-être chez toi au Cameroun, il n’y a pas vraiment une politique pour l’épanouissement intellectuel de la jeunesse, au on contraire, on essaie parfois de nous enlever certains acquis. Comme quoi, notre détermination serait un danger pour eux (les dirigeants). Donc, à imaginer le reste. Combien pays au monde avoir connu un développement durable sans la formation intellectuelle et professionnelle de la jeunesse ? Cette jeunesse sur qui repose le futur. En effet, à nous de prendre notre destin en main.

mackendy
Répondre

yo m konprann ou paske mwen c youn nan victim system sa.pou m ulistre sa m di :anne sa mwen enscrit nan E.N.S pou m remet dossier mwen al nan faculte pendan 5 jou DEPIS a 6 avek entensyon poum pase avan.pendan 5 jou sa yo nou fe jounen ,gen de timoun ki menm endispoze menm.........se system nan ki merite change!!? jodi a m sot konpoze pou normal la li mwen rive yo di tout moun lettre moderne avec philosophie ap konpoze F.A,S.H...kom li t 8 heure mwen soti depi devan E.N.S la an kouran poum rive nan F.A.S.H en pansan ke map en reta pou egzamen an ...lem rive sou lakou youn nan responsable F.A.S.H yo pat o kouran ke faculte tap siege .li t 10 h egzamen an pat ko komanse...ve 10h30 yo komanse rele moun ......kom egzamen t komanse an reta kounya yo tonbe ba nou presyon paske yo ta renmen egzamen an fini bone
c kons FACULTE L'ETAT YO AP FONSYONE e le plus grav pa janm gen yon moun ki di 7 ase

Natie
Répondre

Epi se FASCH se pa FASH

lauremar fritznel
Répondre

mwen enkri nan etnolji mwen pa ta renmen ret sou beton an fok mwen ta bon

Osman
Répondre

Bonne chance, mon ami .

mackendy
Répondre

loit bagay yo di ke moun kap konpoze bo kote ou c enmi,ou pa dwe pretel menm yon liquide paper si l fe yon faut.....et ceci a plusieur reprise .!!!? moun kap suveye yo pase pou di ke moun ki bo kote la c enmi ......jodi a le yo ap plede di sa mwen t oblige dit surveillant:ke mwen gen fanmi ki chef.m gen zanmi ki gen bisninn ki gen zam legal .,kom egzamen pa ko komanse eske li k banm pemisyon pou mal tcheke youn poum TOUYE maximum de postulant ke mwen kapab....sak fem di l sa ., c yon leson mwen vle ba yo .ki leson:ke c pa sa pou yo preche e gen meilleur manye ke yo ka utilise pou yo pat nan di ke moun ki bo kote la si li gad nan fey ou a foure kreyon,oubyen plum nan gel.......

Clanide
Répondre

Mezanmi se FASCH, pa FASH

casseus Albert Einstein

Oui,mp fè reto nan lise Alexandre Pétion e mw pap ka ale nan prive se nan leta pou mwen lage kòm

Desbouquets nadege
Répondre

Je prends le soins de lire .....tes mots.ils sont tres tuchants et je vois que tu avais ume determination aussi je te felicite mon cher ....je suis en terminale j 'aimerais aller a l universiter INAGHEI apres ce que je viens de lire sur ton blog j ai une folle envie a y aller hmmmm .. Pour les sciences eonomiques

Osman
Répondre

Salut Nadège. Merci pour le passage et ton commentaire. Je te dis déjà bon succès.

Charles Laure-Naiveka
Répondre

Nous sommes l'Haiti du futur, L'ancienne Perle des Antilles. C'est a nous le combat. Il repose sur nos epaules, aucun étranger ne peut faire ce que nous pouvons faire. Car nous formons un seul pays, un seul peuple ou l'union fait, fera la Force. Je suis une futur élève de la classe terminal, etudier dans un faculté d'état c'est mon rêve.

William Nicolas PIERRE
Répondre

tu as dit peu de choses en beaucoup de lignes, vos erits me rassurent peu!

AZEMAR Jerry
Répondre

Je pense qu'il faut continuer a travailler pour le bien du pays, mais pour arriver a un tel resultat, nous devons unir nos forces. Et nous serons surpris du resultat. Haiti est entre nos mains, faisons quelques choses pour la sauver, faisons la vite.

Enock SILENCIEUX
Répondre

je te félicite d'avoir eu du courage. La vie n'est pas toujours facile. Donc, nous devons lutter a faire de nos rêves de réalités et travaillons pour une nouvelle Haiti.

Natie
Répondre

Les Universités d'Etat requièrent beaucoup de préparation avant de pouvoir y être admis. Par exemple, il faut commencer par soigner vos mots. Comment se fait-il que certains d'entre vous (même arrivés en philo) ne peuvent pas écrire "université" sans commettre de fautes? Je suis étudiante de l'Inaghei et je peux vous assurer que le français compte beaucoup.

slandy pedro
Répondre

Bien dit Natie

Natie
Répondre

L’écriture du créole aussi compte beaucoup dans le cadre des examens pour FASCH et FE. J'ose espérer que nous apprenions aussi bien a le soigner. Je félicite la personne qui a écrit ce texte. Moi aussi, j'ai eu ma claque lors de mon inscription pour l'UEH. SI vous remarquez bien, Osman Jérôme (c'est cela?), a précisé que l'UEH regroupe différentes entités, alors pourquoi je remarque "universiter INAGHEI"? L'Inaghei est une entité de l'UEH, pas une université a elle seule.
Je souhaite vraiment que les problèmes liés a l'UEH soient résolus parce qu'ils font les inscriptions dans des conditions immondes et déshumanisantes.

Osman
Répondre

Merci Natie pour les commentaires. C'est vraiment important pour un futur professionnel. A la prochaine pour une autre visite sur cet espace.

lavache francisco penia gomez
Répondre

La medcine est très important pr le monde.on peut la comparé avec la philosophie .vive la medcine et ce la moindre désire de y rentrer.

Georges Ricardo
Répondre

''Viser grand,viser haut,s'il vous arrive de tomber vous serez parmi les echelles''. Mais que pourrait on viser pour haiti? Si arriver parmi une echelle, on detruit les bandes pour empecher les autres de monter plus haut que soi. Vous souffrez maintenant, quand se serait plus le cas,croyez-moi vous allez oubliez l'autre qui va souffrir. Commencer par changer cette mentalite et tet ayiti

Marie Jacqueline Sully
Répondre

Si vous aimez vraiment votre pays vous vs battrez quand meme pour sa reusite.Haiti depend de nous ,la jeunesse.

Osman
Répondre

Vous avez bien dit, Marie. Merci pour le message.

kamal tiba
Répondre

je veux connaitre le cout des études en Haïti pour un étudiant un peu gâté :
le logement :
la nourriture 5 star :
le transport :
le sport : natation équitation musculation
le loisir :
le cout annuel :

je vous sollicite j aime votre pays

NOËL Nakerous
Répondre

Après avoir pris tout mon temps pour lire les commentaires, je peux dire que je vais pas être emporter par le découragement, je suis un élève de la terminale et mon grand rêve de toujours est d'étudier à la FMP. Je sais que j'y arriverai.

Wide
Répondre

Un peu plus tard, l'examen qui me permettra de frequenter la FASH à subir que ma tête reste bonne à jamais.!

RONEL DESIR
Répondre

M vreman etone lem dekouvri blog sa m we gen jen ki panse a pale sa ki plis merite pale yo, ki we jan bagay yo ye ki pa ret gade san pa di anyen... M pap dekouraje nan lit map mennen an m wem pa sel. FELISITASYON a ote a!!! Si gen je ki we l epi sa pale yon bon jou lap amelyore

kendercy
Répondre

Se nou ki pou met bouch nan koze yo . Gade mw menm mwen fini ane a. A 18. M poko ka rantre nan univèsite leta mw
Al konpoze nan fmp komsi mw pat menm bezwen ale. Map kontinye pèsevere lot ane poum gade si se espre neg yo fè. Poum konn si se pa pitit peyi a mw ye sim pa gen dwa jwenn yon bon fomasyon poum ka ede ti frem ak sem ki deye yo paske manman m ak papam fin granmoun. Moun ki met blog sa merci

Agenor Peterson
Répondre

Salut ! a ne pas oublier monsieur Asmon qu'il n ya rien de mal a passer tout ses dilleme car la vie elle meme est un combat.

Agenor Peterson
Répondre

Ce n'est nullement un echec de ne pas pouvoir passer le concour, mais l'echec c'est de ne pas tenter ta chance et de se lamenter comme une mauviette.

Desire Yvenher
Répondre

Vous avez raison Osman, comme disait Nelson Mandela: l'éducation est l'arme la plus puissant pour changer un pays. Or, nos dirigeants ont fait leurs beurre dans notre ignorance, dans notre médiocrité. Alors, ils ne ferons rien pour changer les conditions de l'université État d'Haiti.

slandy pedro
Répondre

J'aimerais integrer la FLA..Comment faire s'il vous plaît?? Merci..En terme de preparation..qu'est-ce qu'il me faut???

Delphine Schoubensa OCTAVIUS
Répondre

N.B;Priere de m'excuser pour les accents s'il vous plait. bonsoir,je suis en classe terminale. J'aimerais etudier a la FE. merci a tous ceux qui ont commente.cela me fait grand plaisir d'avoir une idee concernant l'admission a l'une des faculte d'etat ici en haiti. Je veux et je vais travailler incessamment pour etre admise a la FE l'annee prochaine. Haiti est mon pays,la j'ai vu le jour je me donne le devoir de travailler a sa grandeur Peu importe les consequences.,

FERDINAND Pedro
Répondre

Bonsoir,en HAITI nous avons trop de patripoche,car un bon patriote nous fara mieu,merci.

Judeline Moril
Répondre

Je voudrais étudier la médecine à l'UEH , je ne sais quoi faire, je me demandes
s'ils ont pris le temps de corriger toutes ces feuilles.

Galvani
Répondre

Comme vous Judeline, je me demande s'ils ont pris le temps de jeter un coup d'œil à toutes ces feuilles ! Il y a franchement de quoi vous démotiver ! Mais peu importe, c'est toute une lutte à mener et cela vaut la peine d'essayer, de faire le nécessaire, de donner le meilleur de soi-même, bref de se surmonter soi-même ; et peut-être que parmi le nombre impressionnant de copies, la sienne finira par surgir, par s'imposer par son allure...

Galvani
Répondre

Comme vous Judeline, je me demande s'ils ont pris le temps de jeter un coup d'œil à toutes ces feuilles ! Il y a franchement de quoi vous démotiver ! Mais peu importe, c'est toute une lutte à mener et cela vaut la peine d'essayer, de faire le nécessaire, de donner le meilleur de soi-même, bref de se surmonter soi-même ; et peut-être que parmi le nombre impressionnant de copies, la sienne finira par surgir, par s'imposer par son allure...