Haïti : des artistes au chevet de la politique

11 août 2014

Haïti : des artistes au chevet de la politique

Sénateur Antonio Cheramy et député Garcia Delva en altercation au parlement : © https://news.anmwe.com/
Sénateur Antonio Cheramy et député Garcia Delva en altercation au parlement : © https://news.anmwe.com/

Alors que les incertitudes planent encore sur la réalisation des élections du 26 octobre prochain, le profil de certains partis politiques et potentiels candidats fait déjà débat. Le pessimisme s’installe. Personne n’est digne de confiance.

Au cours de ces dernières années, on assiste impuissamment à une dévalorisation du pouvoir public en Haïti. Entre celui qui peut et celui qui veut, la politique du pays traine sur les trottoirs. Ainsi, les sièges du Parlement ne sont plus honorables. Ils sont à la portée de n’importe qui.

Par ailleurs, certains citoyens se servent uniquement des périodes électorales pour devenir « politicien ». « Politicien » s’ils le seront un jour. Cependant, malgré leur ignorance de la chose, nombreux de ces mercenaires arrivent même à occuper de hautes fonctions de l’État. Les politiciens traditionnels oublient leur métier. Comprenez bien que « La nature a horreur du vide ».

Depuis les événements de 1986, le pays patauge dans une transition démocratique jamais effective. Après la chute dictatoriale, on pensait entrer dans une période porteuse d’espoir et de changement. Mais, presque 30 ans après, on cherche encore le Messie qui doit montrer la voie. L’attente paraît très longue. Elle commence par devenir illusoire et utopique.

Les anciens systèmes ont provoqué craintes et doutes. Aussi bien naïf qu’impatient. À force d’être bafoué par les politiciens de métier, le peuple ne sait plus à qui faire confiance. Qui choisir comme dirigeants ? Alors, c’est dans cette alternative imprécise, que le bulletin de vote devient une arme fatale.

L’expérience de Michel Martelly

Artiste controversé, devenu président du pays, l’ancien homme fort du Champ-de-Mars symbolise ce que certains qualifieraient de l’échec même de la classe politique traditionnelle haïtienne. Trop moribonde. Car dans son abattement social, le peuple voulait essayer quelque chose d’autre. Une nouvelle politique. Une nouvelle forme de gouvernance. Car « Qui ne risque rien n’a rien ».

Au départ, l’actuel chef de l’État s’est présenté comme l’homme de la rupture avec les traditions du passé. Discours, démarches, promesses, les plus naïfs ont espéré que le changement allait se faire. Sauf que, trois ans après, le vent de changement promis par l’ancien chanteur, peine encore à souffler. Au contraire, c’est la continuité des anciens modèles. Et même pire encore, aux yeux de certains observateurs.

Mais, selon d’autres critiques, les Haïtiens doivent cesser de chercher midi à quatorze heures. Surtout en politique. Pourquoi Michel Martelly, le simple chanteur doit réussir là où les politiciens ont échoué avant lui ?

Sur les traces de Michel Martelly

Chanteur au palais national. Député-superstar au Parlement, l’organe politique connaît une mutation sans précédent. Avec ce fameux mandat de Martelly, il émerge désormais une nouvelle tendance en Haïti; l’enthousiasme des artistes pour la scène politique.

En effet, à l’approche des prochains scrutins (s’il en aura bien entendu cette année), diverses figures du show-biz local manifestent leurs envies de se présenter candidats à différents niveaux. Si certaines candidatures restent encore officieuses, d’autres par contre sont déjà officielles.

Disc Jockey (DJ), musiciens, rappeurs, animateurs de radio, managers de groupes… Dans les coulisses on évoque une vingtaine de personnes désireuses d’intégrer la sphère politique.

S’inspirant ainsi de la fougue de l’ancien président du Compas Direct ou de la ténacité de Gracia Delva, les uns et les autres pensent pouvoir être maire, député, sénateur, etc.autres.

Cette tendance prend un élan de plus en plus remarquable. Après les confirmations officielles de Pouchon Duverger, de Jacques Sauveur, récemment ce fut au tour du talentueux guitariste Ralph Ménélas d’avouer ses ambitions politiques. Il a tourné le dos à Le kompa pour se consacrer aux choses d’État, dit-il.

À quoi doit-on espérer ?

S’interrogeant sur la volonté réelle de ces vedettes à s’intégrer politiquement dans les affaires du pays, plusieurs observateurs se montrent plutôt sceptiques. Ils craignent une possible banalisation complète de la politique dans le pays. Car pour faire la politique, disent-ils, il ne suffit pas seulement d’en avoir l’idée, mais cela demande aussi un minimum de préparation.

En effet, à l’instar des matchs de football, la politique nous réserve bien des surprises en Haïti. Les têtes qu’il faut ne sont pas toujours à la place qu’il faut. Entre politiciens traditionnels et opportunistes mercenaires, lors des prochaines compétitions électorales, le peuple sera encore face à un nouveau dilemme ; pour qui voter ? Qui apportera le changement ?

Enfin, répétons-le sans cesse ; la politique haïtienne a besoin d’une réforme de fond. Les musiciens seront-ils à la hauteur de ce challenge ?

Osman Jérôme

Partagez

Commentaires

Tilou
Répondre

Est-ce vraiment la conséquence de l’échec de la classe politique? Pas certain. Quand est-ce que cette classe a déjà eu la chance de faire ses preuves? Le seul tort des hommes et femmes politiques (pas les politiciens et les politiciennes) du pays, c’est de ne pas savoir comment faire évoluer le niveau de réflexion du peuple quand il doit décider.

Jhimy Jean
Répondre

oui la classe politique a ete au pouvoir et a chaque elle a apporte la guerre civile et la destruction, rien n'est plus dangereux que le politicien haitien, je prefere vivre avec le plus grand criminel que vivre avec un politicien haitien c'est tellement bete et mecreant, je te conseille de lire un roman historique comme Romulus et tu verras que la politique ne peut etre une solution mais c'est le probleme meme du pays. ceux qui font la politique en Haiti sont des fous dangereux qui sont atteint d'une demence collective au nom du pouvoir , cela donne naissance a un mal revolutionnaire qui met le feu en feu et a sang a tout moment, aucune possibilite de voir un pays stable avec de pareils malades... au 19eme siecle, ns avons la grande democratie parlementaire du monde apres les Usa , l'europe d'alors vivait sous la coupe des monarques et nos chers politiciens ont decide de mettre le feu partout , le gouvernement de Salomon, la bataille entre liberaux et nationaux, le drame de miragoane sont les preuves historiques que les politiciens haitiens sont extremement dangereux pour l'edification de cette nation haitienne.

Osman
Répondre

Question posée, question répondue, donc moins de travail pour moi :) En fait, je suis en partie d’accord avec toi sur le fait que les hommes et les femmes politiques comme tu les appelles, ne se constituent pas en des modèles de pensée et de réflexion pour le peuple. Car parfois, on a comme l’impression que les gens votent sans savoir ni pour qui ni pour quoi :)

eli
Répondre

On a déjà vu des artistes et sportifs s'inviter dans la politique mais je me demande: à quand des politiciens dans l'art ou le sport? :)

Jhimy Jean
Répondre

les sportifs et les artistes ont rempli leur mission, ils sont su respecter leur vocation.. toute la gloire aussi minime soit elle pour Haiti a l'heure actuelle vienne d'un artiste ou sportif. les politiciens qui devraient construire ce pays sont une image a desesperer, de vrais salauds qui enlaidissent l'image du pays meme le simple citoyen n'a aucun respect pr le politicien haitien, d'ailleurs politicien est devenu synonyme de tout est mauvais ds la societe haitienne.. si les autres sont en train de s'aventurer sur le champ de la politique c'est parce que tout simplement les politiciens n'ont jamais ete la hauteur de leur tache et la nature a horreur du vide

Osman
Répondre

Jhimy: Ne pensez-vous pas que le peuple est parfois complice dans la production de ces hommes et femmes politiques, je dirais inutiles ?

Jhimy Jean
Répondre

d'abord, un peuple n'a rien a voir avec la production d'hommes et de femmes politiques.. c'est la vocation des espaces elitites, en Haiti on a un pays d'une grande oralite, les medias radiophoniques et certaines institutions comme l'eglise sont les seuls espaces d'emergence, on impose tjrs un leader a tout peuple, un peuple ne choisit jamais son leader c'est impossible.... la situation d'Haiti n'a rien a voir avec le peuple mais plutot la minorite des gens eduques qui sont malades de pouvoir,,, googler Federic Douglas et Haiti sur et tu verras un discours sur Haiti en 1883 et cela peut aider a comprendre les sources du mal haitien... ns vivons ds un monde fonde sur le leadership theme inconnu des elites haitiennes qui sont des mentalites feodales.. la France a eu ce meme probleme apre le WWII pr faire face a la competitivite americaine, ils sont compris et les elites ont pris leur responsabilite ils ont donne la direction qu'il faut au pays.. en Haiti la seule direction que nos elites savent donner c'est le brigaday ds les rues, destruction de tout ce qui est debout au nom de la lutte pr le pouvoir,, le mal Haitien est ds cette demence du pouvoir

Osman

Je suis en partie d’accord avec vous sur certains points, mais revenons bien vite sur cette phrase : « On impose toujours un leader au peuple ». Je suis certain que tu as bien balancé la valeur significative de ce passage. En fait, je me demande comment un peuple « éclairé » peut s’accommoder avec de telles pratiques impérialistes ?

Jhimy Jean

non frero un peuple eclaire ne veut rien en dehors d'un systeme pense pr lui par les elites, on peut eduquer un homme, un groupe d'hommes pour qu'ils puissent etre independant mais pas un peuple, un peuple ou une foule est chaotique , ca ne peut pas raisonnee,, c'est ce qui donne le sens au theme leadership, c'est parce que les foules, les peuples ne peuvent pas d'aucune action intelligente qu'ils nous faut des leaders a travers les elites, la foules est contagieuse et enfantine, on peut tout faire avec, cela n'a rien avoir avec le niveau d'instuction on peut transformer la nation la plus eduquee et la plus instruite en une masse de destruction parce que la foule est chaotique.. c'est ce qui explique prquoi l'allemagne nazie et le japon ont pu tomber ds une barbarie inimaginable or a l'epoque l'allemagne etait la nation la plus policee du monde la plus instruite la plus avancee scientifiquement...

Osman

Vraiment pertinent ce commentaire. Alors, essayons d'aller un peu droit au but, Jhimy; selon vous, à qui aujourd'hui la responsabilité de cette défaite de la politique haitienne, si je peux l'appeler ainsi?

Jhimy Jean

Frero Haiti a une crise de leadership. ce theme doit etre etudie et divulgue ds la societe haitienne, le citoyen haitien quelque soit son niveau d'education , son origine sociale son niveau economique est incapable de la moindre action constructive parce que le monde actuel se fonde sur le leadership , cette possibilite donnee a des hommes de montrer la voie aux autres... les usa ont ete pense et fonde par Benjamin Franklin, Patrick Henry Hamilton, les vrais peres fondateurs n'ont jamais pense au pouvoir temporel, ils ont jete les bases du reve americain.. ils ont eu ce que Daniel Rouzier appelle ds l'un de ses livres : avoir le coeur a la bonne place.... ils nous faut non seulement des individus capables mais aussi avec un coeur... G Washington avait des collaborrateurs et Dessalines des hommes de mains ayant peur de lui... on a prefere la constitution de Boirond Tonnerre a celle de Chareron parceque celle de Tonner flatait les bas instincts de Dessalines...

Osman
Répondre

Tout est possible dans ce monde. On attend encore :)