Archives du mot-clé circulation

Des feux d’embouteillage !

Traffic Light par masochismtango, via Flickr CC
Traffic Light par masochismtango, via Flickr CC

A l’instar de presque toutes les capitales du monde en posture inélégante, Port-au-Prince est une ville surpeuplée, surchargée et parfois même débordée. Dans les transports privés comme dans les transports publics, les gens s’évacuent à leurs activités quotidiennes. Outre les égouts à ciel ouvert, les petits marchands qui occupent anarchiquement les rues, les tas d’immondices qui entravent bien souvent le bon fonctionnement de la circulation, depuis quelque temps, les feux tricolores se mêlent  de la partie. Et c’est de la tracasserie. Rouler en voiture dans certaines zones de la capitale haïtienne devient un art. Un art triste.

Continuer la lecture de Des feux d’embouteillage ! 

Saint-Marc se déplace en «taxi-moto»

Crédit:goudou-goudou.net

Contrairement à certaines grandes villes de province du pays, Saint-Marc ne dispose pas encore d’un service de taxi-voiture. Donc, se déplacer d’un quartier à un autre, mise à part la marche à pieds, les bicyclettes et les voitures privées ; les gens, les élèves surtout utilisent fréquemment les « taxi-motos » pour s’évacuer à leurs activités. Constamment, ces petits véhicules deviennent de plus en plus nombreux dans les rues de la ville.

Continuer la lecture de Saint-Marc se déplace en «taxi-moto» 

Transport en commun : le calvaire haïtien

Transport en commun en Haïti- © Osman Jérôme
Transport en commun en Haïti- © Osman Jérôme

Le transport en Haïti, comme dans la plupart des pays du monde, s’effectue sur trois voies : terrestre, maritime et aérienne. Cependant, pour le transport en commun, contrairement aux deux autres, la voie terrestre est la plus utilisée.

Circuler en privé dans un pays comme Haiti, où le pouvoir d’achat est un défi, est un luxe réservé aux gens plus ou moins aisés de la société. Donc, pour vaquer à leurs occupations quotidiennes, des citoyens ont recourt au transport en commun, organisé dans de mauvaises conditions : passagers  entassés comme des sardines, le piteux état des routes, des autobus comme des carcasses roulantes, l’incompétence des chauffeurs entre autres.… Les risques sont énormes.Voyager dans le transport public en Haïti exige une énergie, qui surpasse, parfois, la capacité naturelle humaine. Certains vous diraient tout simplement « Fò’w gen fyèl » (Il vous faut du courage).

Cap-Haïtien/Port-au-Prince, Gonaïves/Port-au-Prince, Jérémie/Port-au-Prince, Jacmel/Port-au-Prince, Mirebalais/Port-au-Prince, Cayes/Port-au-Prince, Port de Paix/Port-au-Prince, Saint-Marc/Port-au-Prince sont entre autres les  longs circuits les plus connus et les plus fréquentés du pays. Pourquoi ? Parce que les rapports financiers, économiques et politiques de ces grandes villes ont  des impacts positifs directement avec Port-au-Prince, la capitale du pays.

À la gare

Une portion de terre, des autobus, des camions, des taxis, un petit marché informel toujours dans les parages, et c’est tout.  Et souvent  sur cet espace, des lots d’ordures empilés.  De fait, une odeur pestilentielle envahit la « gare ». En clair, pas un seul petit endroit structuré avec des conditions d’hygiène.Et puisqu’il n’y a pas de toilettes, encore moins des douches,  satisfaire certains besoins physiologiques dans un endroit salubre, est un impossible. Situation oblige, on se tourne des coins de rues, où l’on peut être facilement remarqué. Personne ne vous dit rien, pas même les agents de la police nationale en poste ou de passage dans la zone.  Donc, aucun soucis : « Moun pa wè moun ».

Et la route ?

De nos plus grands tronçons, communément appelés routes nationales, jusqu’aux circuits des zones urbaines et rurales, à l’heure actuelle, le réseau routier haïtien n’est pas en mesure de répondre de manière satisfaisante à ses obligations élémentaires. Mis à part certains aménagements constatés, la majorité de nos routes se trouve en état de déterioration avancée. Les travaux d’infrastructures sont réalisés  de moins en moins. Conséquences : les accidents de la route se multiplient tous les jours. Le dernier en date, est ce drame survenu samedi dernier sur la route nationale # 2, à hauteur de Petit-Goâve, précisement à Morne Tapion, où une vintaine de passagers auraient été tués sur place. Et malgré tout, le trafic se poursuit comme si tout est bien.

Les conducteurs

Dans un contexte où l’haïtien pense posséder la science infuse, à pouvoir tout faire par la routine, la vie des passagers est souvent livrée entre les mains  d’un individu qui, hier recevait les frais de transport des passagers (contrôleur), aujourd’hui conducteur.  Et cela, sans avoir pour le moins un minimum de connaissance de code de la route, voire les règles de la circulation. Parfois ils fonctionnent sans même munis d’un permis de conduit délivré par le Service de la Circulation du pays, qui n’existe que de nom. Ces individus, dans la grande majorité des cas, n’ont jamais suivi des cours de conduite de véhicule. Ils fonctionnent sans la moindre peur d’être sanctionnés par des agents de la police routière, absents sur le terrain.Face à cette situation révoltante de « laisser faire », de « laisser aller », propre à l’haïtien, malheureusement, il est plus qu’évident, selon des gens, qu’on continue à compter des morts et des blessés.

A l’image de nos prisons

Dans les autobus, où le système de climatisation ne marche pas, le nombre de passagers, prévu  initialement par le concepteur du véhicule, est doublé. Triplé même,  par une formule que seuls les chauffeurs Haïtiens en connaissent le secret et la raison.  L’ambiance, certaines fois, est plutôt rigolante entre certains, pendant que d’autres gémissent, entassés  dans un tout petit espace. Un véritable « Serrer-Coller ». Ils se donnent des blagues, ils rient, peut-être pour oublier la chaleur et leur situation calamiteuses de voyage.  Et Malgré ces conditions infrahumaines dans lesquelles se trouvent les passagers,  il règne souvent une ambiance de bonne humeur dans les autobus.  Et ils discutent  de tout : La politique, le foot, l’amour, la religion, etc.…

Autobus ou marché ?

Face à la précarité croissante de la situation économique, certains, voulant échapper à ce chômage croissant de jour en jour, s’adonnent à toutes sortes d’activités imaginables et inimaginables : « Il n’y a pas de sot métier ». Outre tout ça, se nourrir, éduquer les enfants, payer le loyer, bref situation oblige.Dans les circuits les plus longs du transport en commun, il est rare que les passagers, montés à bord d’un autobus, ne se retrouvent pas en face d’un quelconque marchand ambulant, ou un « agent marketing » comme ils s’appellent, qui offrent des produits naturels, cosmétiques, pharmaceutiques et autres accessoires.Vendant ces produits à un prix abordable que celui du marché commun, ces vendeurs sont très appréciés par certains. D’autres voient ces « agents marketing » d’un mauvais œil. Pourquoi ? Ils sentent perturbés à l’idée qu’ils auraient bien pu profiter de leur voyage pour entammer une quelconque conversation avec un autre passager. D’autres pour dormir un peu.  En tout cas… « A chacun, sa façon de gagner son pain et gagner sa vie » et  « à chacun sa frustration »  Quoiqu’il en soit, ces marchands ambulants font souvent bonne recette, puisque  leurs produits, souvent réputés de bonne qualité, sont vendus avec engouement, et  parfois même jusqu’à l’épuisement du stock. C’est incroyable : certains autobus du transport public devenus marché public.

Et la limite et le prix du circuit ?

Dans un pays, où l’absence de l’Etat est un constat flagrant dans presque tous les domaines, les gens mènent leur vie comme bon leur semble, et gèrent leurs activités au gré de leur humeur. En dépit de la publication des notes par les responsables du Ministère des Affaires Sociales et du Travail pour fixer les prix des circuits, les chauffeurs s’en fichent royalement, et fixent eux-mêmes le prix des circuits. Cette pratique, il faut le dire, est plus courant dans le milieu urbain, où le passager se voit obligé de payer une demi-course le montant d’une course normale. Ce qui entraine parfois, en toute logique, des bagarres regrettables entre passagers et chauffeurs.  Les citoyens qui vivent dans la capitale haïtienne peuvent mieux en témoingner. Deux, trois, cinq gourdes de différence entrainent des disputes, où les histoires finissent parfois devant la justice.  A qui la faute ?

Et quand le passager exige qu’il soit déposé là où il veut ?

Souvent, un manque d’éducation ou de formation se confond à une sorte de culture, peut-être inventée pour cacher une plaie, un défaut, un mal qu’il faut en éradiquer. Culture ou manque d’éducation, le passager haïtien, qui monte à bord d’un autobus (dans le cas d’un long circuit), d’un « Tap Tap » (pour un circuit plus ou moins court) exige souvent qu’il soit déposé chez  lui ou pas trop loin,  s’il habite la route du trajet en question. Sitôt tappé à la sonnette, ou en exprimant son habituel « Merci chauffeur », l’individu s’attend à ce que le conducteur stationne d’un coup le « Tap Tap ». Dans le cas contraire, les mots ne manquent pas pour injurier le chauffeur.  Et dans certains des cas, ce dernier rend à ces passagers la monnaie de leur pièce.
Les gares, la routes, le comportement irresponsable des chauffeurs, tout menace  la vie du passage haïtien, habitué du transport en commun.  Et Malgré les cas d’accidents de circulation, enregistrés presque tous les jours, les vrais travaux d’aménagement et de réhabilitation de nos routes tardent encore à être effectifs. A rappeler que selon certaines recherches, l’insécurité routière est l’une des premières causes de mortalité en Haïti. Hélas !

Osman Jérôme