Haïti: le décès de Jean-Claude Duvalier agite les réseaux sociaux

Jean-Claude Duvalier © Le Nouvelliste
Jean-Claude Duvalier © Le Nouvelliste

Définitivement, les réseaux sociaux sont des thermomètres pour mesurer la température d’un événement. Tel qu’il soit. Du social à la politique, rien n’échappe au matraquage publicitaire des réseaux sur Internet.

En effet, depuis quelque temps, Facebook et Twitter s’imposent de plus en plus en matière de diffusion d’informations. Et d’intox aussi. Ce samedi quatre octobre 2014, comme beaucoup d’autres internautes, c’est sur Facebook que j’ai appris la nouvelle de la mort de Jean-Claude Duvalier. Et depuis cette annonce, la communauté haïtienne profite de la visibilité des réseaux en ligne pour s’exprimer sur la mort de l’ancien dictateur.

Entre pro et anti, le décès de l’ancien tyran de Port-au-Prince ne cesse d’agiter la Toile, dont les réseaux sociaux en particulier. Sympathies et règlements de compte, les tweets et les publications sur Facebook abondent dans tous les sens.

L’épineuse question des funérailles nationales pour l’ancien chef des « tontons macoutes » enflamme les discussions. De la haine à l’humour, les commentaires s’affrontent. Et chacun a des arguments pour justifier sa position. Morceaux choisis :

L’humour est beaucoup plus présent sur Facebook. Certains ont même publié « R.I.P Jean-Claude Van Damme ».

En tout cas, tant mieux que les morts ne sachent rien. Sinon « Baby Doc » n’aura pas l’âme tranquille. Tant que son départ suscite des vagues en Haïti. Un pays qui porte encore les cicatrices de son règne de fer.

Osman Jérôme

The following two tabs change content below.
Osman
Licencié en Psychologie, diplômé en communication sociale. Passionné des médias, durant plusieurs années, j’ai collaboré avec plusieurs radios et télévisions en Haïti. Amoureux des lettres, je fais du blogging tout d'abord par passion à l’écriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *