Je blogue donc Je suis

Photo: The Attorney Marketing Center

Il y a environ deux (2) ans de ça, non par le fruit du hasard, j’ai fait la connaissance du blogging. Et depuis, comme par incantation, il s’installe dans l’intimité de ma vie quotidienne. Comme si mes idées, mes réflexions, mes projets ne tournent que vers mes blogs, dont l’Autre Haïti en particulier. Un spécialiste du comportement dirait que, je suis «blogaddicté». Car, non seulement j’aime écrire des billets de blog, je cultive aussi le plaisir de lire et de commenter les billets des autres blogueurs.

Sans vous le forcer, vous serez d’accord avec moi que, la vie est faite d’histoires. Toutes sortes d’histoires. Intéressantes ou bouffonnes. Grandes ou petites. Individuelles ou collectives. Et ces histoires sont faites pour être racontées et transmises de génération en génération. Donc, par peu importe le moyen, celui qui est capable de respirer, serait en mesure de parler de sa personne, de son entourage, voire même du monde. Donc, le contraire serait Ne pas Etre.

Avant même mon aventure dans le blogging, écrire (comme le conçoit le plus commun des mortels) a toujours été pour moi une activité de grande passion. Et cela a commencé vraiment tôt. J’écris, j’écris, j’écris sans cesse. En fait, loin de respecter certains principes de l’orthographe et ses bizarreries, j’écris des petites missives à des filles, je fais le portrait des animaux domestiques de la maison. Cependant, à force de grandir, j’ai fini par comprendre que, écrire (comme activité intellectuelle) demande une certaine exigence (orthographique, grammaticale, stylistique…). Ce n’est pas Nicolas Dagenais qui dirait le contraire. Pour ce, avec mes imperfections humaines, mes limites intellectuelles, je m’efforce toujours à faire mieux pour soigner mes textes.

Avant, j’avais une folle passion pour la poésie. La poésie versifiée bien entendu. En 2004, comme pour répondre aux attentes de ma mère, j’ai publié CRIS DE MON AME. Un opuscule de vers, qui m’a quand même valu une petite popularité. Cependant, aujourd’hui, avec une certaine maturité acquise, je me demande si je savais vraiment ce que j’écrivais. Car, en relisant ces textes, sans vous mentir, je faisais tout, sauf poésie. Rires !

Cliquez ici: Des Mots pour les Maux, vous ferez connaissance de quatre (4) poèmes que j’ai publiés, y en a deux (2) ans.

Ecrire donne sens à ma vie 

C’est loin d’accepter que la vie a un sens précis. Cependant, L’Homme, toujours à la conquête de son Être, de son Existence, cherche souvent à donner un sens à la vie—à sa vie pour être plus précis. Même si bien souvent, c’est de façon subjective. D’ailleurs, le sens même de la vie se modifie parfois avec le temps. Peut-être que, l’âge amène vraiment la raison ?

Certainement, je ne connais pas les prochaines scènes du théâtre de ma vie, ni quel sens aura-t-elle demain, mais aujourd’hui, jusqu’à preuve du contraire, je sais que le sens de ma vie ne tient qu’à mon stylo et mes claviers ; des outils qui me servent d’appui dans l’éjaculation de mes désirs, de mes points de vue, de mes frustrations, etc.

Disons en clair : si le but de la vie, c’est de la vivre, comme avanceraient certains biologistes, eh bien, je vis la mienne à travers mes billets que j’ai toujours eus le plaisir de partager avec vous sur cet espace et ailleurs.

Ma vie est un blog, dont chaque expérience est un nouveau billet. Vous pouvez ne pas le croire, mais bloguer devient pour moi, ce que la superstition est pour l’Haïtien. Parfois j’écris sans savoir quoi écrire et même pourquoi écrire. Peut-être, c’est ce qui serait justement à la base de cette motivation non stop d’écrire.

Par ailleurs, je sais que, la finalité de certains de mes récits, peut ne pas être ce que certains souhaiteraient lire, mais je suis quand même heureux d’accomplir mon devoir de m’exprimer. Car, le fait de pouvoir bloguer, pour moi, cela sous-entend que je suis, donc j’existe. Et ma vie a un sens.

Jérôme Osman

The following two tabs change content below.
Osman
Licencié en Psychologie, diplômé en communication sociale. Passionné des médias, durant plusieurs années, j’ai collaboré avec plusieurs radios et télévisions en Haïti. Amoureux des lettres, je fais du blogging tout d'abord par passion à l’écriture. Je suis un photographe "amateur" qui veux tout immortaliser sur mon passage.

19 réflexions au sujet de « Je blogue donc Je suis »

  1. « Ma vie est un blog, dont chaque expérience est un nouveau billet. Vous pouvez ne pas le croire, mais bloguer devient pour moi, ce que la superstition est pour l’Haïtien. Parfois j’écris sans savoir quoi écrire et même pourquoi écrire. Peut-être, c’est ce qui serait justement à la base de cette motivation non stop d’écrire. » Incroyable mais vrai! 😉

  2. Eh bien, je vois que Jerome Osman, c’est comme moi : écrire pour s’exprimer librement, montrer son existancer, partager ses aventures avec les lecteurs du blog et surtout vivre au dela de l’entourage. Du courage fragin, alors nous sommes tous des «blogaddictés»

  3. « Donc, par peu importe le moyen, celui qui est capable de respirer, serait en mesure de parler de sa personne, de son entourage, voire même du monde. Donc, le contraire serait Ne pas Etre. » j’adore

  4. L’existentialisme sartrien rappelle que l’on définit bien les choses par notre esprit mais seulement après coup. L’homme façonne lui-même ce qu’il croit être juste ou vrai, et, de ce point de vue, il est seul responsable devant lui-même, de la civilisation comme de ses actes. Puisqu’il n’existe pas d’essence objective, alors il n’existe aussi ni morale ni même de vérité absolue. Il est donc inutile et néfaste de se cacher derrière un quelconque déterminisme : que ce déterminisme soit religieux et reconnaisse une existence déterminée par Dieu- existence où l’on devrait attendre la vraie vie dans un autre monde sans pouvoir agir sur le destin qui déterminerait la vie actuelle, ou qu’il soit seulement psychologique, voire fataliste, et que ce déterminisme déclare que « les hommes sont comme ils sont et qu’on n’y peut rien changer »- il n’en reste pas moins que l’homme est le seul vrai maître de ses pensées et de ses croyances : « Chaque personne est un choix absolu de soi » ( L’Être et le Néant ). L’existentialisme implique la liberté et le libre arbitre et il s’élève donc contre tout déterminisme « matériel ». Selon l’existentialisme sartrien, l’homme est donc, paradoxalement, condamné à la liberté puisque : « il n’y a pas de déterminisme, l’homme est libre, l’homme est liberté ». ( L’existentialisme est un humanisme ).

  5. Je crois qu’il y a une contradiction dans ce que tu dis même si je comprend ce que tu veux dire : Tu dis que la vie n’a de sens que si l’on veut lui en donner un, c’est ça ?Après tu dis que l’on a tous une « mission » sur terre, cela veut dire, par toute logique que c’est quelqu’un qui nous à donné cette mission (Dieu pour certain, je n’en fais pas partit). Comme chaque « missions » il y a un but or tu dis que nous devons la mener comme bon nous sembles…Tu comprends ce que je veux dire ?On ne peut pas te donner une mission à accomplir pour laquelle tu dois faire ce que tu veux, ça n’a aucun(s) but(s).Bonne continuation à tous et à mon avis le sens de la vie, c’est la vie de chacun tout simplement !

  6. Je pense qu’il faut laisser ceux qui ont choisi de croire en Dieu le faire. Jérôme n’a jamais prétendu ne pas y croire… quand il dit je blogue donc je suis, je crois qu’il veut exprimer son besoin fondamental de bloguer qui est relié à son besoin d’exister. Il l’a pris terre à terre et l’a expliqué. Je doute qu’il ait eu par cette citation l’intention de se revendiquer sartrien encore moins de valider ou d’adopter la phylosophie de Sartre qui a la fin n’est qu’un point de vue d’homme, parmi tant d’autres tout aussi contributifs.

  7. Oui, on peut ne pas avoir un problème avec l’idée véhiculée dans la pensée de Sartre, qui définit l’Homme par son engagement et son implication dans les évènements de sa vie. Mais on ne sera jamais prophète d’une pensée fataliste excluant une présence suprême dans les affaires humaines. J’apprécie bien vos interventions,mes chers lecteurs avisés. Je suis fier de vous hein.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *