Des aides qui n’aident pas

3 décembre 2012

Des aides qui n’aident pas

Crédit Photo: Fotopedia

Comme d’ailleurs dans beaucoup d’autres pays du Sud, on dirait que la communauté internationale est très, voire même trop impliquée dans les affaires d’Haïti. Quand ce n’est pas pour la civilisation et l’évangélisation, c’est pour la stabilisation.  Politique, économie, société, sécurité, le pays est comme un élève maternel qui s’assoit gentiment pour recevoir la dictée piégée de son professeur au regard malicieux. «Qui reçoit, s’assoit», diraient les plus avisés.

Depuis cette perte de pouvoir politico-économique, qui est remontée, selon certains observateurs, en 1986 soit à la chute des Duvalier, on assiste à une République d’Haïti dépendante, dont la grande partie des projets sont financés  par les «Aides» des pays dits Amis. Avec son «bol ble» toujours suspendu, le pays est devenu mendiant.

Apparemment, les donateurs internationaux se montrent plutôt très généreux quant il s’agit d’apporter leurs assistances aux haïtiens. Surtout dans les moments les plus difficiles : les catastrophes naturelles, les désastres, entre autres.

Des aides pour la reforme de l’éducation, des aides pour la construction des routes, des aides pour la santé, des aides pour les élections, des aides pour l’agriculture…presque tout ce qui se fait en Haïti, est, d’une manière ou d’une autre, de près ou de loin, directement ou indirectement soutenu, financé par un organisme international ou par la diaspora haïtienne. Cette drrnière qui est très forte d’ailleurs.

Entre la communauté internationale, les ONG (Organisations Non Gouvernementales) et nos dirigeants, parfois on se demande avec ambiguïté ; qui décide vraiment sur l’avenir du pays. Qui décide quoi ? Qui fait quoi ? Comme se demanderait récemment, notre ami blogueur  Nelson Deshommes dans une réflexion publiée sur la crise haïtienne, dans laquelle les gens du Nord sont très impliqués. Une situation qui, aujourd’hui, semblerait-il, est loin d’être sous le contrôle de nos dirigeants «tèt kale». Car pour exécuter beaucoup de projets du gouvernement, il faut attendre le décaissement de fonds des bailleurs internationaux dont FMI (Fond Monétaire International), Banque mondiale, etc. N’a-t-on pas toujours dit : «Qui finance, gouverne». Suivez bien mon regard.

Des millions, des milliards Dollars et d’Euros décaissés chaque année pour la construction des routes, des hôpitaux, des écoles, pour la reforme dans l’agriculture…Même l’Haïtien le moins sensé se demande parfois où sont passées ces sommes ? Car cet argent fait tout, sauf les projets pour lesquels, qu’ils ont été destinés.

Par conséquent, les populations nécessiteuses ne perçoivent presque jamais l’odeur de cet argent. Au contraire, ces sommes faramineuses contribuent à enrichir les dirigeants, lester leurs greniers à satiété, ériger leur mégalomanie. Ce, pendant que la population continue à moisir dans la crasse, à vivre dans la pitance.

Si aujourd’hui, vu la précarité de la situation, on est unanime à reconnaitre qu’Haïti ne puisse se passer de l’aide internationale pour «dekole» (décoller), pour reprendre l’évangile politique du moment, il faudrait au moins une autre forme de gestion de ces assistances financières, pour qu’elles puissent être bénéfiques au profit de la population, sinon on risque de faire pas sur place sur le piste du décollage.

Retrouvez cette réflexion sur: https://haitipublicnews.com

Osman Jérôme

Partagez

Commentaires

jeogo
Répondre

Osman,j'aime beaucoup ton analyse de la situation.
Il y a à peine une semaine, un ami étudiant haïtien me parlait de ça.
Quel dommâge !!!
Kèdèèè

Osman
Répondre

Comme tu le dis jeogo, c'est domage. Et j'ai peur que cette situation ne soit pas un obstacle au développement du pays.

Wilney Taris
Répondre

De la on peut dire qu'on est foutu! car, il faut que la dite communauté internationale trouve toujours des petits pays pour vendre des chômeurs la bas en expert ici. Tu as bien fait de pencher sur ce fait frérot

Christine Noel
Répondre

I cannot count how many times I have came across this subject. Everybody talks about it, which is a good thing. However, we need action. We need people who are ready to make some action, to tell the truth, to challenge the government. People who are sincere about our situations, people who care about Haiti. I've been trying not to write and read about Haiti anymore because it gives me migraine and I'm telling I have the worst migraine when I'm thinking about how corrupted we are. When you write or criticize about a situation without acting is like " La foi sans les oeuvres", which is "morte" - So it's time to react!!! Osman great article!!!

Charles Jean Max
Répondre

Mon frère t'as tout dit dans cet article bien élaboré... Franchement l'international m’empêche d’être objectif au changement de ce pays.....

Daniel
Répondre

Bravô Osman pour ton analyse et audace de dévoiler cette vérité. Comment ta génération pourra changer cela? Comment un Québécois comme moi sensible au peuple Haïtien peut vous aider? Daniel Le parrain de Marie-Ange.

Osman
Répondre

A Daniel. Merci infiniment de votre dévouement à nous venir en aide. Je vous en parle de plus. Je suis vraiment flatté de votre commentaire.

Emile Bela
Répondre

Salut Jérôme (je t'appelle par ce prénom parce qu'un de mes cousins que j'aime bien porte le même prénom)

Alors, cher "cousin", j'ai été fasciné par cet article.Bien écrit en plus le sujet pertinent.
Tu sais, la question de l'aide est autant dégueulasse en Afrique que je maudit celui qui a créé le terme "aide" chaque fois que j'entends parlé. Je ne sais pas si tu l'as lu mais si non, ne laisse jamais s'échapper cette oeuvre si excellent de la Zambienne Dambissa Moyo "L'aide Fatale". Quand tu auras lu, tu comprend ma position.

Le 27 Novembre 2011, j'écrivais un article sur le même sujet dans mon premier blog que j'ai intitulé "Les Paniers de l'aide".
Un an après tu écris sur le même sujet dans ton contexte (haiti) avec presque les mêmes mots. C'est simplement fantastique!
Je t'invite à lire mon Article ici: https://afriqueobjectifdeveloppement.solidairesdumonde.org/search/les%20paniers%20de%20l%27aide
Bien à toi.
Un Mondoblogueur
https://emilebela.mondoblog.org/

Osman
Répondre

Superbe réflexion cher cousin, je viens de lire ton article. C'est une triste réalité. On se demande, jusqu'à quand les pays du Nord donneront une chance aux pays du Sud de se développer. Malheureusement, il faut toujours des éternelles crises (montées) pour que ces grandes puissances puissent toujours intervenir dans les affaires de nos chers pays.
Bon courage mon frère.

Wiltes Seide
Répondre

Toujours est-il,mon ami et frere Osman Jerome vient d'apporter, une fois plus, sa contribution en nous ouvrant les yeux sur la problematique d'Haiti ou l'Etat haitien. Bravo!!!
Fier d'etre ton ami. Tu fais ton boulot, a nous de faire passer le message.