Dix minutes dans la peau d’un SDF

Un SDF à Puerto Plata, République Dominicaine © Osman Jérôme

Un SDF à Puerto Plata, République dominicaine © Osman Jérôme

Dans ce morceau de ciel bleu de Puerto Plata, parfois tout se passe comme dans une aventure onirique : des touristes torse nu sous le soleil, des chauffeurs méprisant les feux tricolores, des boîtes de nuit qui fonctionnent en plein jour… et aussi des sans-abri qui remplissent les galeries poussiéreuses des maisons inhabitées.

Il est 10 heures du matin, ce jeudi 2 avril 2015, circonstance du hasard, me voici traîné sur les trottoirs vidés de la rue Juan Bosch, au cœur même de la ville.

Là, entre la musique du bazar au coin et la forte odeur de l’alcool qui s’y dégage, à même le sol, un individu est piteusement allongé. Casquette sous la tête, main droite sur la poitrine, les pieds allongés, les yeux semi-ouverts, la face vers le ciel. Une image qui déchire la rétine.

À plus de 70 ans, ce mendiant appartient à ces êtres dont les bonnes grâces de la vie semblent obstinément rejetées. Souffrant de diabète, depuis la mort de ses deux fils en 2010 dans un terrible accident de voiture, le vieillard se livre depuis à une inlassable quête de survie dans un monde de plus en plus fermé aux démunis.

Pour cet homme à bout de ressources, mais autrefois grand propriétaire terrien, demander l’aumône est l’ultime moyen de goûter à quelques jours de plus.

Le ventre hurlant famine, la tête vide, le corps épuisé à l’instar des milliers de personnes vivant sans domicile fixe dans le monde, tel est le lot de ce Dominicain d’origine haïtienne. Son rituel quotidien consiste à errer dans les rues de la ville, toujours avec les mêmes soucis ; trouver à manger, à boire et un lieu pour se reposer. L’homme est à la merci des bons samaritains.

Après une dizaine de minutes de conversation, notre interlocuteur montre des signes de fatigue. D’ailleurs, la toux qui secoue sa poitrine lui rend la communication difficile. Il fallait lui offrir quelque chose à manger, afin qu’il retrouve une goutte d’énergie pour continuer le dialogue.

Ravigoté par un sandwich, le vieil homme reprend sa première position; assis en tailleur, une main sous la tête, et l’autre entre les cuisses. Pendant quelques secondes, il plonge dans une profonde méditation silencieuse. Et dans un long soupir marqué tant de désespoir que d’indignation, il plisse ses paupières. Pour combien de temps ? Aucune idée. Mais ce qui est certain,c’est qu’il y a forte chance qu’on se recroise quelque part dans la ville.

Osman Jérôme

The following two tabs change content below.
Osman
Licencié en Psychologie, diplômé en communication sociale. Passionné des médias, durant plusieurs années, j’ai collaboré avec plusieurs radios et télévisions en Haïti. Amoureux des lettres, je fais du blogging tout d'abord par passion à l’écriture.

12 réflexions au sujet de « Dix minutes dans la peau d’un SDF »

  1. Merci Jérôme pour cette belle description. Faire un zoom sur SDF, c’est faire preuve d’originalité surtout dans la manière de conter. Il faut parler en effet, de ces choses qui nous entourent et qui font partie de notre quotidien. En journalisme, on aurait dit voici un bon angle, un portrait bien brossé. Bel article 😀 !

  2. Dix minutes qui marquent au fer rouge. Une description poignante et douloureusement captivante.
    …A toutes ces âmes naufragées de l’humanité que nous passons bien souvent sans voir.

  3. C’est tout de même choquant… et il y en a qui sont content avec la situation actuelle du monde.
    Dans ma ville le nombre des sans-abris augmente drastiquement sans les politiques publiques nécessaires …

  4. Serge, sans vouloir pronostiquer sur le sort des plus faibles, aujourd’hui, au regard de la répartition illégale des riches de l’humanité, dans les temps qui viennent, il faut s’attendre à beaucoup de SDF dans les rues du monde.

  5. Ping : Le cireur de bottes et son journal - Le regard de OsmanLe regard de Osman

  6. Ping : Au Cameroun, rien n’arrive jamais au hasard - Le blog des Camerounaiseries

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *