La fille qui ne croit plus en l’amour

Étiquettes
1 août 2016

La fille qui ne croit plus en l’amour

Femme triste (c) pixabay.com
Femme triste (c) pixabay.com

Une, deux, trois expériences au compteur, la mémoire encombrée d’épouvantables souvenirs, l’âme encore alourdie par la haine […], à seulement vingt-six ans, Jeanne songe déjà à fermer la parenthèse de sa vie amoureuse. Pourtant avant, elle s’y accrochait avec une naïveté maladive. Aujourd’hui, entre angoisse et méfiance, le présent a eu raison de son passé, marqué de sa crédulité féminine. Cœur plein de mépris et de déceptions, la fille ne se sent plus capable de se livrer à aucun homme. Le comble de la méfiance.

En effet, profondément blessée par  les vieilles histoires, les unes plus frustrantes que les autres, ma nouvelle colocataire nourrit un immense dégoût pour les relations sentimentales. Elle voit désormais dans chaque courtisan un bourreau, un manipulateur. Un sexe opposé qui veut profiter de son joli corps de femme. Ainsi, les joues toutes noires de tristesse, elle s’imagine difficile se livrer à quelqu’un, par peur de  ne pas blesser à nouveau son cœur, déjà mutilé par le remords.

Après trente minutes de conversation, le regard de Jeanne devient un mur impénétrable, une masse de ténèbres où tout a sombré dans le brouillard nostalgique du passé. Envahie d’angoisse, elle incline la tête, gênée et honteuse d’avoir livré son cœur et son corps parfois sans avoir même réfléchi. Mes bonnes plaisanteries ne suffisaient point pour apporter un peu de sourire sur son visage, de plus en plus crispé.

Aujourd’hui, à ce carrefour fragile de sa vie de femme, l’étudiante en sciences comptables ne veut plus souffrir. D’ailleurs, son cœur en a assez. Les battements de ses lèvres nerveuses en disent long. Elle paraît avoir la tête lourde, comme trop pleine d’idées tumultueuses qui s’y choquent. Mademoiselle qui était si fière d’elle, se trouve désormais à un niveau d’estime de soi inquiétant. Elle est gravement blessée dans son orgueil de femme. Jeanne devient un sujet psychologiquement délicat.

Cependant, quoiqu’il en soit, après toutes ces expériences jugées négatives, à écouter la fille attentivement, on se rend compte, qu’elle pense encore à jouir de ce plaisir que partagent les gens qui s’aiment. Oui, je peux vous le rassurer, Jeannie, comme on l’appelle affectueusement dans l’appartement, veut  absolument goûter  à ce bonheur qu’est  l’amour partagé. Mais les cicatrices de sa vie passée heurtent encore son esprit, toujours marqué par l’indifférence de ses premiers amants à son égard.

Osman Jérôme

Partagez

Commentaires

Raynaldo Pierre Louis
Répondre

Un beau texte, qui souligne les risques de la relation amoureuse, de la fragilité de l'être humain dans son rapport aigre-doux avec le sexe opposé.

Osman
Répondre

Merci beaucoup camarade pour l’appréciation.

Eli
Répondre

Vivement qu'elle connaisse un nouveau départ qui efface sa douleur intérieure et lui redonne la joie de vivre. Bien écrit ton texte

Osman
Répondre

Exactement mon frère. Après tous déboires, la fille a désormais besoin de quelqu’un, capable d’être à la hauteur de sa fragile situation ; un homme qui lui plaît d’amour et d’affection.

belizem
Répondre

Jeanine,je l'espère rencontrera l'amour,le vrai et s'épanouira. Il le faut.

Osman
Répondre

Elle a vraiment besoin de cet amour pour faire monter le taux de son estime de soi, garantir du même coup son épanouissement émotionnel. Entre-temps, je peux vous garantir qu’elle garde encore l’espoir de se remettre sur les rails.

Garens Jean-Louis
Répondre

Sacrée histoire ! Des hommes, parfois sans être mal intentionnés, transforment desfemmes en souffre-douleur. Ces messieurs croient qu'être séducteur veut dire être macho. Ce machisme qui rime en sadisme...

Osman
Répondre

Que les concernés aient au moins de l'intelligence de comprendre ton message.

Emily
Répondre

Triste mais très beau texte touchant, j'espère qu'elle rencontrera un homme qui saura la respecter et bien-sûr l'aimer!.

Benziane
Répondre

C’est mon histoire malheureusement très touchante