Les sacrifices d’étudier dans une langue étrangère

17 mars 2013

Les sacrifices d’étudier dans une langue étrangère

Old Books : pixabay.com
Old Books : pixabay.com

A l’instar de plusieurs futurs professionnels de ma génération, j’ai toujours rêvé d’étudier dans un pays étranger. Si je ne savais pas où exactement, j’avais une préférence pour les pays francophones. C’est plus qu’évident. Car l’apprentissage serait bien plus facile. En effet, contrairement à cette préférence, me voici depuis quelque temps en République dominicaine pour mes études en Psychologie.

En effet, même si étudier dans un pays hispanophone, voire en République Dominicaine n’a jamais été mon rêve. Mais une fois que la situation se présente, je m’adapte, je m’accommode. D’ailleurs, n’a-t-on pas toujours dit que le liquide prend toujours la forme du récipient qui le contient ?

 L’aventure

Tout d’abord, comme tout étudiant étranger qui se respecte, une fois débarqué ici, je me suis fait inscrire à un institut de communication pour apprendre l’espagnol avant de franchir les portes de l’université.

A « Andrea Escuela de Idiomas », j’ai passé quelques mois. Mais on dirait sans trop grand succès. Le problème est que, l’espagnol qu’on apprend à l’école est différent de ce qu’on parle et entend dans la rue. Donc, c’est un dictionnaire de différence quand on se communique avec son entourage.

Ici en République Dominicaine, la grande partie de la population s’exprime dans un espagnol propre à elle. On n’articule presque pas la lettre s, peu importe où elle se trouve dans un mot. Par exemple: au lieu de «Buenas noches, le Dominicain vous dit «Buena noche». «Buen día» au lieu de «Buenos días». Ou parfois, on avale tout bonnement une ou plusieurs syllabes d’un mot. Par exemples : on dit «Cómo estas, le Dominicain vous dit «como ta. «Tamo bien» pour «Estamos bien». «Toy mal» en guise de «Estoy malo». C’est comme ce qu’on appellerait en français une économie articulatoire.

On ne rencontre pas seulement ce problème avec les gens de la rue. Même les espaces universitaires ne sont pas épargnés.

Dans une telle situation, l’étranger que je suis, ne maîtrisant pas encore totalement la langue, se trouve très coincé dans le processus d’apprentissage. Car, entre l’obligation de comprendre le langage du professeur et l’exigence de saisir son exposé, parfois j’ai rien compris. Et, quand il vient le moment pour un professeur de dicter une note, là c’est comme la mer à boire. Mais, heureusement j’ai des collègues étudiants, étant toujours prêts à me prêter leurs cahiers de notes pour remplir les miens, même si souvent tout n’est pas toujours lisible et compréhensible.

En dépit de tout, les résultats sont plus que satisfaisants. On espère pouvoir faire mieux, tout en ayant gain de cause de cette langue espagnole, parlée par les Dominicains à la leur propre manière. «Entendiste» ? Non, «Entendite», comme le dirait le Dominicain.

Osman Jérôme

Partagez

Commentaires

Wolf Quiet Boy Quiet
Répondre

una vaina bien eto! on dirait que tu lisais ds mes pensees, on mene une lutte entre ce qu'on devrait direet ce qu'on entend.

Serge
Répondre

la meilleure expérience de ma vie, étudier au Brésil, aprendre et maitriser le portugais; me débrouiller assez bien en espagnol... sans compter la chaleur humaine bien sûr...

Mylène
Répondre

Pas facile, facile... mais je ne ressens aucun regret d'être parti étudier là-bas dans ce billet, n'est-ce pas là l'essentiel ? Combien d'années reste-t-il avant l'obtention du diplôme ? Bon courage !

Osman
Répondre

Il n'y a pas vraiment aucun sentiment de regret, mais l'apprentissage serait plus facile, si ç'aurait été en français. Il me reste une année et quelques mois pour l'obtention de cette licence que j'attends avec impatience d'ailleurs.

cireass
Répondre

Maitriser plusieurs langues est a mon avis très important a l'heure de la mondialisation. Du courage et bonne chance cher Osman!

Osman
Répondre

Je suis entièrement d'accord avec toi Thierno, car comme dirait l'autre: "qui parle 4 langues, vaut 4 hommes".

Madigbè Kaba
Répondre

Como estas senor? Esta un buen articulo. Il est toujours important pour nous d'apprendre de nouvelle langue et voyager si possible. Bon billet Osman!

Osman
Répondre

Estoy muy bien mi hermano. Gracias por este interesante comentario. Oui, c'est plus qu'intéressant de s'aventurer dans d'autres cultures, surtout à l'heure de cette modialisation, comme dirait Thierno.

nathyk
Répondre

Oui, les langues changent. Même le français, l'anglais et le même le wolof se modifient au fil du temps... vive la mondialisation !