″Radio-télé″, un nouveau format dans les médias haïtiens : pour le meilleur ou pour le pire ?

Étiquettes
25 novembre 2011

″Radio-télé″, un nouveau format dans les médias haïtiens : pour le meilleur ou pour le pire ?

Crédit : pixabay.com
Crédit : pixabay.com

Dans nos sociétés actuelles, s’informer occupe une place prépondérante dans le menu quotidien des gens. On veut tout le temps être branché de la moindre info qui domine l’atualité nationale, voire mondiale. Ce, à quelque soit espace abandoné du monde que se trouvent les individus. Donc, restant toujours sur la soif de savoir comment va le monde, la présence des médias dans nos vies est d’une valeur inestimable.

Former, informer et distraire, telle est la principale mission à laquelle la presse locale essaye tant bien que mal à se tenir avec les moyens et les ressources disponibles. La radio, la télévision, les magazines, les revues, les sites web, la communauté médiatique haïtienne s’efforce à s’accomoder aux exigences du temps pour offrir ses services à la population.

A Port-au-Prince (capitale du pays) comme dans certaines grandes villes de province,  le long cadran de la bande FM (fréquence modulée) est quasiment saturé. Les fréquences livrées ou non autorisées par le CONATEL (Conseil National des Télécommunications) se multiplient quotidiennement sur tout le territoire national.

Sur les ondes de ces quelques dizaines de fréquences reconnues ou pas, toutes catégories de programmes sont disponibles, toutes sortes d’émissions sont diffusées à toutes les heures de la journée et de la nuit : politique, sociale, éducative, santé, etc., il y a pour toutes les oreilles.

Une heure de lanterne allouée sur les ondes des plus connues de ces dites stations est très coûteuse. Majoritairement privés, dans la plupart des cas, ces médias  fonctionnent au dépend des contrats publicitaires, parfois très juteux paraphés avec des entreprises, institutions, (privées et publiques) désirées de promotionner leurs services et leurs produits à un public plus élargi. De ce fait, pas même besoin de porter des verres si vous êtes myope ou presbyte pour analyser et comprendre le profit tiré par les patrons de ces organes de presse qui, pour la grande majorité d’entre eux ne vit que de cette activité, dont ils jugent souvent pas trop rentable ou bénéfique ; vérité ou mensonge ? Secret des dieux. Mais ce qui est certain, pendant qu’ils s’en plaignent d’une rentrée pas trop intéressante de cette activité, la quasi-totalité de ces hommes et femmes des radios haïtiennes nourrit chacun l’idée d’avoir une chaine de télévision en complémentarité avec la fréquence radiophonique déjà acquise.

En effet, ce format radio-télé, en germe depuis quelque temps dans le paysage médiatique local, semble aujourd’hui arriver à sa phase la plus active.  La plupart des grandes stations de radio de la capitale et de certaines grandes villes du pays émet dorénavant sur leur propre fréquence de VHF (très hautes féquences) ou UHF (ultra hautes fréquences). La liste est longue, mais on peut tout de même mentionner quelques unes, peut-être les plus connues :

Radio-télé Caraïbes (94.5, chaine 22), Port-au-Prince

Radio-télé Eclair (100.5, chaine 4), Port-au-Prince

Radio-télé Super star (102.9, chaine 68), Port-au-Prince

Radio-télé Vasco (93.7, chaine 50), Port-au-Prince

Radio-télé Ginen (92.9, chaine 69), Port-au-Prince

Radio-télé Antilles (93.3, chaine 42), Port-au-Prince

Radio-télé Métropole (100.1, chaine 52), Port-au-Prince

Radio-télé Méga star (93.7, chiane 60), Port-au-Prince

Radio-télé Indigène (88.9, chaine 54), Port-au-Prince

Radio-télé Lumière (97.7, chaine 24), Port-au-Prince

Radio-télé Soleil (105.7, chaine 25)

Radio-télé Zénith (102.5, chaine 26), Port-au-Prince

Radio-télé Galaxie (104.5, chaine 68), Port-au-Prince

Radio-télé Vénus (104.3, chaine 5), Cap Haïtien

Radio-télé New Star (97.3, chaine 13), Gonaïves

Radio-télé Provinciale (99.9, chaine 9), Gonaives

Radio-télé Dynastie (107.7, chaine 9), Saint-Marc

Radio-télé Dynamic (93.7, chaine 3), Saint-Marc

Radio-télé LJS (100.5, chaine 7), Saint-Marc

Radio-télé Power (94.5, chaine 8), Ouanaminthe pour ne citer que celles-là.

La grille de programmation de ces nouvelles chaines de télédiffusion n’affiche presque rien de nouveau si non la retransmission d’une pléiade d’émissions diffusées sur les plus grandes chaines internationales. L’apparition de cette nouvelle formule ″radio-télé, est ce pour multiplier le nombre restreint des émissions socio-éducatives dans les médias ?, s’interrogent certains. Ou, est ce pour accroître le profit des patrons en quête de nouveaux horizons économiques en vue de bien assurer leurs bourses?, inquiètent d’autres plus sceptiques. Si ces questions restent encore pendantes, cependant, un fait est certain, outre la rentrée des publicités radiophoniques, les directeurs des ces radio-télés font désormais des recettes pour des promotions audiovisuelles.

Osman Jérôme

Partagez

Commentaires

Mutuelle
Répondre

Ce texte a simplement répondu à mes questions . Je n'avais pas du tout cette façon de faire ce genre de problématique, j'ai l'impression que je vais gagner en autonomie. super!

stanley jean
Répondre

j'apprecie votre facon de demontrer les choses, vous parlez du reel en temps et en lieux. je suis Stanley Jean etudiante en licence 2 en communication sociale a l'Universite Notre Dame d'Haiti-Faculte des Lettres et des Sciences Humaines , vos textes m'ont beaucoup inspires. c'est sure que je vous garderai comme modele. Felicitation

Osman
Répondre

Merci Stanley. Je suis vraiment content que mes textes puissent vous aider dans vos études. Succès.

Prince Saint-Archange Wendy
Répondre

Radio-télé Indigène (88.9, chaine 54), Port-au-Prince
me manque beaucoup!