Osman

Transport en commun : le calvaire haïtien

Transport en commun en Haïti- © Osman Jérôme
Transport en commun en Haïti- © Osman Jérôme

Le transport en Haïti, comme dans la plupart des pays du monde, s’effectue sur trois voies : terrestre, maritime et aérienne. Cependant, pour le transport en commun, contrairement aux deux autres, la voie terrestre est la plus utilisée.

Circuler en privé dans un pays comme Haiti, où le pouvoir d’achat est un défi, est un luxe réservé aux gens plus ou moins aisés de la société. Donc, pour vaquer à leurs occupations quotidiennes, des citoyens ont recourt au transport en commun, organisé dans de mauvaises conditions : passagers  entassés comme des sardines, le piteux état des routes, des autobus comme des carcasses roulantes, l’incompétence des chauffeurs entre autres.… Les risques sont énormes.Voyager dans le transport public en Haïti exige une énergie, qui surpasse, parfois, la capacité naturelle humaine. Certains vous diraient tout simplement « Fò’w gen fyèl » (Il vous faut du courage).

Cap-Haïtien/Port-au-Prince, Gonaïves/Port-au-Prince, Jérémie/Port-au-Prince, Jacmel/Port-au-Prince, Mirebalais/Port-au-Prince, Cayes/Port-au-Prince, Port de Paix/Port-au-Prince, Saint-Marc/Port-au-Prince sont entre autres les  longs circuits les plus connus et les plus fréquentés du pays. Pourquoi ? Parce que les rapports financiers, économiques et politiques de ces grandes villes ont  des impacts positifs directement avec Port-au-Prince, la capitale du pays.

À la gare

Une portion de terre, des autobus, des camions, des taxis, un petit marché informel toujours dans les parages, et c’est tout.  Et souvent  sur cet espace, des lots d’ordures empilés.  De fait, une odeur pestilentielle envahit la « gare ». En clair, pas un seul petit endroit structuré avec des conditions d’hygiène.Et puisqu’il n’y a pas de toilettes, encore moins des douches,  satisfaire certains besoins physiologiques dans un endroit salubre, est un impossible. Situation oblige, on se tourne des coins de rues, où l’on peut être facilement remarqué. Personne ne vous dit rien, pas même les agents de la police nationale en poste ou de passage dans la zone.  Donc, aucun soucis : « Moun pa wè moun ».

Et la route ?

De nos plus grands tronçons, communément appelés routes nationales, jusqu’aux circuits des zones urbaines et rurales, à l’heure actuelle, le réseau routier haïtien n’est pas en mesure de répondre de manière satisfaisante à ses obligations élémentaires. Mis à part certains aménagements constatés, la majorité de nos routes se trouve en état de déterioration avancée. Les travaux d’infrastructures sont réalisés  de moins en moins. Conséquences : les accidents de la route se multiplient tous les jours. Le dernier en date, est ce drame survenu samedi dernier sur la route nationale # 2, à hauteur de Petit-Goâve, précisement à Morne Tapion, où une vintaine de passagers auraient été tués sur place. Et malgré tout, le trafic se poursuit comme si tout est bien.

Les conducteurs

Dans un contexte où l’haïtien pense posséder la science infuse, à pouvoir tout faire par la routine, la vie des passagers est souvent livrée entre les mains  d’un individu qui, hier recevait les frais de transport des passagers (contrôleur), aujourd’hui conducteur.  Et cela, sans avoir pour le moins un minimum de connaissance de code de la route, voire les règles de la circulation. Parfois ils fonctionnent sans même munis d’un permis de conduit délivré par le Service de la Circulation du pays, qui n’existe que de nom. Ces individus, dans la grande majorité des cas, n’ont jamais suivi des cours de conduite de véhicule. Ils fonctionnent sans la moindre peur d’être sanctionnés par des agents de la police routière, absents sur le terrain.Face à cette situation révoltante de « laisser faire », de « laisser aller », propre à l’haïtien, malheureusement, il est plus qu’évident, selon des gens, qu’on continue à compter des morts et des blessés.

A l’image de nos prisons

Dans les autobus, où le système de climatisation ne marche pas, le nombre de passagers, prévu  initialement par le concepteur du véhicule, est doublé. Triplé même,  par une formule que seuls les chauffeurs Haïtiens en connaissent le secret et la raison.  L’ambiance, certaines fois, est plutôt rigolante entre certains, pendant que d’autres gémissent, entassés  dans un tout petit espace. Un véritable « Serrer-Coller ». Ils se donnent des blagues, ils rient, peut-être pour oublier la chaleur et leur situation calamiteuses de voyage.  Et Malgré ces conditions infrahumaines dans lesquelles se trouvent les passagers,  il règne souvent une ambiance de bonne humeur dans les autobus.  Et ils discutent  de tout : La politique, le foot, l’amour, la religion, etc.…

Autobus ou marché ?

Face à la précarité croissante de la situation économique, certains, voulant échapper à ce chômage croissant de jour en jour, s’adonnent à toutes sortes d’activités imaginables et inimaginables : « Il n’y a pas de sot métier ». Outre tout ça, se nourrir, éduquer les enfants, payer le loyer, bref situation oblige.Dans les circuits les plus longs du transport en commun, il est rare que les passagers, montés à bord d’un autobus, ne se retrouvent pas en face d’un quelconque marchand ambulant, ou un « agent marketing » comme ils s’appellent, qui offrent des produits naturels, cosmétiques, pharmaceutiques et autres accessoires.Vendant ces produits à un prix abordable que celui du marché commun, ces vendeurs sont très appréciés par certains. D’autres voient ces « agents marketing » d’un mauvais œil. Pourquoi ? Ils sentent perturbés à l’idée qu’ils auraient bien pu profiter de leur voyage pour entammer une quelconque conversation avec un autre passager. D’autres pour dormir un peu.  En tout cas… « A chacun, sa façon de gagner son pain et gagner sa vie » et  « à chacun sa frustration »  Quoiqu’il en soit, ces marchands ambulants font souvent bonne recette, puisque  leurs produits, souvent réputés de bonne qualité, sont vendus avec engouement, et  parfois même jusqu’à l’épuisement du stock. C’est incroyable : certains autobus du transport public devenus marché public.

Et la limite et le prix du circuit ?

Dans un pays, où l’absence de l’Etat est un constat flagrant dans presque tous les domaines, les gens mènent leur vie comme bon leur semble, et gèrent leurs activités au gré de leur humeur. En dépit de la publication des notes par les responsables du Ministère des Affaires Sociales et du Travail pour fixer les prix des circuits, les chauffeurs s’en fichent royalement, et fixent eux-mêmes le prix des circuits. Cette pratique, il faut le dire, est plus courant dans le milieu urbain, où le passager se voit obligé de payer une demi-course le montant d’une course normale. Ce qui entraine parfois, en toute logique, des bagarres regrettables entre passagers et chauffeurs.  Les citoyens qui vivent dans la capitale haïtienne peuvent mieux en témoingner. Deux, trois, cinq gourdes de différence entrainent des disputes, où les histoires finissent parfois devant la justice.  A qui la faute ?

Et quand le passager exige qu’il soit déposé là où il veut ?

Souvent, un manque d’éducation ou de formation se confond à une sorte de culture, peut-être inventée pour cacher une plaie, un défaut, un mal qu’il faut en éradiquer. Culture ou manque d’éducation, le passager haïtien, qui monte à bord d’un autobus (dans le cas d’un long circuit), d’un « Tap Tap » (pour un circuit plus ou moins court) exige souvent qu’il soit déposé chez  lui ou pas trop loin,  s’il habite la route du trajet en question. Sitôt tappé à la sonnette, ou en exprimant son habituel « Merci chauffeur », l’individu s’attend à ce que le conducteur stationne d’un coup le « Tap Tap ». Dans le cas contraire, les mots ne manquent pas pour injurier le chauffeur.  Et dans certains des cas, ce dernier rend à ces passagers la monnaie de leur pièce.

Les gares, la routes, le comportement irresponsable des chauffeurs, tout menace  la vie du passage haïtien, habitué du transport en commun.  Et Malgré les cas d’accidents de circulation, enregistrés presque tous les jours, les vrais travaux d’aménagement et de réhabilitation de nos routes tardent encore à être effectifs. A rappeler que selon certaines recherches, l’insécurité routière est l’une des premières causes de mortalité en Haïti. Hélas.

Osman Jérôme


Saint-Marc, la ville sans sommeil

Vie nocturne à Saint-Marc, Haïti (c) Osman
Vie nocturne à Saint-Marc, Haïti (c) Osman

Haïti, Artibonite, Saint-Marc. Un pays, un département, une ville. Située à une centaine km de Port-au-Prince (la Capitale d’Haïti), Saint-Marc, dont la population est estimée à plus de  242 485 âmes selon les derniers recensements, réalisés en 2009, est le « Nomber One »  en matière de spectacles socio-culturels.

Ville historique, ville coloniale, ville d’affaires, Saint-Marc, communément appelée « Cité Nissage Saget », est sans conteste l’un des sites du pays les plus convoités, en matière de loisirs et d’ambiance. Promoteurs de spectacles, organisateurs de soirées dansantes, sans grands efforts, peuvent en témoigner longuement.

« Ti sourit », « Ti kan », « Plezi kanpe », « Reggae Night », « Chou pouri », les bougies des activités nocturnes ne sont jamais éteintes dans la ville. Les bambocheurs répondent toujours présents : plaisir à l’infini.

K-foun, K-Pè Yoyo, Club 2000, La Brise, Le Pic vert, G & C complexe sportif, Stadium Levelt, Corsaire Nigth club, Grosse Roche Beach, Amani-i Beach, Sony’s Ciné, sont en autres les espaces de divertissement offrant régulièrement des affiches qui attirent la grande foule, toujours enquête du plaisir.

Hormis le phénomène du « black Out » et l’insalubrité, ayant presque gain de cause de presque toutes les rues, la ville aurait presque tout en matière de défoulement pour attirer les regards des visiteurs.

Seul, entre familles,  amis; au resto, dans une discothèque, les rendez-vous nocturnes sont toujours fréquentés par les jeunes, friands du plaisir.  Voilà qui  justifie  les bonnes recettes  des activités tant en semaine qu’en week-end.

Traversée du Sud au Nord par une des plus importantes routes du pays, la Route Nationale 1, Saint-Marc sert fréquemment d’hébergement aux commerçants du secteur informel,  et aux conducteurs  de poids lourds  en particulier, qui traversent la ville aux heures tardives de la nuit.  Principal point de repère : Portail des Guêpes, situé à l’entrée Nord de la ville. Là, des bars et des boites de nuit offrent leurs services jusqu’à l’aube.  L’insomnie  est dominante chez  certains habitants  de Portail des Guêpes, des excellents buveurs.

Entre la musique « hot » des DJ, les « fritay » à une forte dose de piment, et de la bière, les heures passent comme les secondes.  On se plonge tellement dans l’ambiance, qu’on ne se rend même pas compte quand le soleil se pointe à l’horizon.

Soirées dansantes, festivals de musique, spectacles de tous genres, jeux sportifs de toutes disciplines, un week-end se passe rarement sans que la ville ne soit pas chauffée sous les flammes d’une quelconque ambiance.

Supportée économiquement par son port, d’ailleurs très courtisé par des hommes d’affaires, la Cité du Lion, ayant pour dévise « Qui s’y frotte, s’y pique », est largement ouverte aux commerces.  Ce qui entraine une sorte de va-et-vient en permanence dans la ville.

Spectacles, jeux récréatifs, loisirs, ambiance, la ville n’en manque jamais. A quand, pensez-vous y visiter ? Bienvenue, déjà !

Osman Jérôme

 


Manger en pleine rue, une nécessité en Haïti

 

Des restaurants en pleine rue à Port-au-Prince © Osman Jérôme
Des restaurants en pleine rue à Port-au-Prince © Osman Jérôme

« Ventre affamé n’a point d’oreilles », pour reprendre le vieil adage. Se nourrir est un besoin physiologique, dont l’homme ne peut se passer pour son bien-être physique. Même si, nombreux sont ceux qui n’ont pas accès à ce droit fondamental. Surtout dans des pays comme Haïti, où le pouvoir d’achat reste la faveur d’une minorité sociale.

En effet, se payer le « luxe » de déjeuner, dîner ou souper dans un restaurant digne de ce nom, ne revient pas à tous. Ainsi, pour gérer leur panse, certains préfèrent se tourner sous ces tentes, où des cuisinières, réputées souvent, de cordons bleus, accueillent des petites bourses.

Des restaurants en pleine rue à Port-au-Prince © Osman Jérôme

Toitures en tôles ou en nattes, rares sont les rues de la ville de Saint-Marc, à ne pas être décorées par ces petites maisonnettes et tentes, apartenues à ces cuisinières, qui servent une clientèle, de jour en jour plus nombreuse. Et, cette pratique reflète la même réalité sur tout le territoire national.

Dans la plupart du temps, ces « Machann manje » (marchandes de nourritures), s’installent au bord de la route ou dans des endroits très fréquentés : les marchés, les places publiques, les garres routières, etc.

Là, entre les tats d’immondices et les polluants de l’air, provenant des automobiles, les plats se vendent avec une rapidité telle qu’on se croirait en train de rêver les yeux ouverts. Entre le sourire de la serveuse et la résignation des consommateurs, les commandes sont livreés, dégusteés, et parfois même emportées avec un engouement sans mesure.

« Aleken », « chen janbe », « bann a pye », telles sont entre autres quelques expressions, par lesquelles on qualifie familièrement ou ironiquement ces plats, livrés parfois en dehors des normes d’hygiène. Grignoter quelque chose dans de telles situations, est préjudiciable à la santé, mais, hélas, les consommateurs n’ont pas d’autres alternatives, s’ils ne veulent pas mourir de faim.

Sur cette table, parfois très longue, on identifie : profs, étudiants, porteurs, cireurs de bottes, marchands ambulants, etc, tous pour un même but : apaiser leur faim selon leur compte.

Emprisonnés par le chômage, les gens ont souvent du mal à se nourrir comme cela devrait être. « Quand on ne mange pas ce qu’on aime, on aime ce qu’on mange », avouent certains d’entr’eux. A défaut de pouvoir feuilleter le riche menu d’un restaurant approprié, on se rabbat sans complexe aux coins (du marché ou de la place), là où les chaudrons sont campés pour les petites poches. « Le crocodile affamé ne choisit pas sa proie », dirait le proverbe.

Il fallait au moins 200 à 250 gourdes pour commander un plat dans l’un des restaurants où les normes d’hygiène sont plus ou moins respectées. Alors qu’avec 25 ou 50 gourdes on consomme son « aleken, chen janbe, bann a pye ». La différence est grande. Voire dans la plupart des cas, la sapidité des plats n’intéresse guère le consommateur, cherchant à tout prix à se débarasser de cette faim, qui lui monte une saveur de fiel aux lèvres.

Le prix des produits de première nécessité, qui ne cesse de prendre des échelons, et le chômage, qui gagne constemment du terrain dans le jeu socio-économique du pays, sont entre autres des principaux facteurs, favorisant cette pratique ( de manger n’importe où et n’importe comment), avec laquelle qu’on s’acommode de jour en jour, sans même s’en rendre compte.

Plus que le prix des produits est en hausse, plus  le pouvoir d’achat des gens est en baisse, voire disparait. Or, il faut manger. Mais quoi ?, comment ? La vente des nourritures en pleine rue est une forme de réponse à ces interrogations. C’est une pratique, qui se s’étend de jour en jour sur nos villes, répond à un besoin pressant de la population, ayant déjà fait récemment la dure expérience de « Grangou kloròks » (faim aigüe).

Comme dirait l’Haïtien lui-même : « Bouch tout moun fann pou manje » (on doit manger à sa faim), et « Sak vid pa kanpe » (ventre affamé n’a point d’oreilles). Donc, on s’attend à l’amélioration de la condition de vie des gens, pour que la nourriture ne soit plus un produit de luxe, surtout quand on sait que la faim est mauvaise conseillère et « Un homme qui a faim n’est pas un homme libre», conclurait Adlaï Stevenson.

Osman Jérome


Le député superstar

 

Garcia Delva. Un nom, un personnage, un artiste, un modèle, voire  même une marque. Enfin un parlementaire. Originaire de Marchand Dessalines, l’ancien lead vocal de Zenglen est considéré par plus d’un, comme une légende vivante dans l’industrie de la musique haïtienne. Il a eu des exploits qui lui ont valu la reconnaissance gratuite de tout un peuple.

Pontifiant, extravagant de nature, sa présence attire toujours  la grande foule. Icône de toute une jeunesse, qui se laisse toujours craquer sous ses charmes, imitant ses moindres styles, ses tenues, parfois osées. Qui n’aurait pas aimé de se faire ressembler à Garcia Delva ?

Début dans la musique

Sa longue histoire avec la scène artistique remonte un peu plus loin dans sa jeunesse, où il faisait du théâtre à la paroisse catholique de sa ville d’origine. L’artiste se rappelle avoir commencé à faire de la musique au sein du groupe Géro-Star, qu’il abandonnera un peu plus tard pour rejoindre Djakout Mizik.

Jusqu’ici, il était inconnu du grand public. Et  ce n’est qu’avec le groupe Zenglen que tout le monde allait tomber sous le charisme et le charme de cette bête de scène, dont interprète de « Our love is for ever » a toujours fait preuve.

L’expérience de Zenglen

Pochette de l’album Do It Right (Nou pèdi fren)
Pochette de l’album Do It Right (Nou pèdi fren)

Nous sommes en 1995.  Pour cicatriser la vive plaie, laissée par le départ fracassant du chanteur Garry Didier Perez au sein de  Zenglen, Garcia, l’homme qu’on reconnait facilement par son large sourire, a été vitement contacté et laissé Haïti. Destitaion : Les Etats-Unis d’Amérique, précisément à Miami où il allait habiter le building 5 étioles de l’orchestre Zenglen, groupe phare de la nouvelle génération du Konpa Direct. Une fructueuse expérience musicale qui, a sans doute fait de lui ce qu’il est aujourd’hui : Gracia Delva, The Living Legend, dixit son compère Richie, Aya.

Quatre (4) albums studios, des tournées réussies un peu partout à travers le monde, celui qu’on qualifie de « Ti bat kò » s’est converti en un véritable phénomène. De succès en succès, chaque prestation de Zenglen avec l’artiste est un gain. Les fans se déchaînaient de passion pour le type au style contagieux.

En 2002, en pleine jouissance du succès de Do It Right (Nou pèdi fren),  le titre du dernier album enregistré avec son band, au zénith de sa gloire incontestable, un malheur est survenu en cours de route. Ce qui a ralenti l’élan que prenait la carrière de l’artiste.

Après une belle tournée en Haïti, au cours des grandes vacances estivales de cette même année, les autorités américaines ont interdit au chanteur l’accès au sol de l’Oncle Sam. La nouvelle est tombée comme un coup de massue. Elle a fait éternuer l’industrie de la musique nationale.

L’avenir de « Ti Boutèy Malta »

Que  fera  Garcia ?  Abandonnera-t-il la musique ? Trouvera-t-il de l’énergie suffisante pour résister après ce coup ? Telles ont été, entre autres, les diverses interrogations des annalistes et admirateurs qui adorent l’enfant terrible de la musique haïtienne, comme on l’appelle souvent.

Comme certains pouvaient s’y attendre, en 2003,  l’homme lance son projet Mass konpa avec des têtes inconnues de la scène musicale. Beaucoup de doutes planaient sur l’avenir de cette équipe, qui n’avait que son capitaine comme vedette. Cependant, malgré certaines trépidations, les musiciens ont fait face à tous les obstacles pour réaliser leur 1e album, édité sous la couverture de « kwa pa’m » (Ma croix). Malheureusement ce produit n’a pas fait bonne recette sur un marché musical, où les consommateurs deviennent de plus en plus exigeants.

Parallèlement aux activités de son orchestre, le remuant chanteur, au timbre reconnaissable, mène également une carrière solo, qui lui a permis, entre autre,  de réaliser « Back to the future », conjointement avec Jean-Hérard Richie aka Richie, son ancien complice de Zenglen.

Cette intéressante collabo a  énergiquement apporté quelques kilos au poids musical de GD, visiblement amaigri par une forte carence de hits depuis sa séparation forcée avec Zenglen. Cet album avait une réussite totale  au profit des deux hommes, prouvant qu’ils peuvent faire grand’ chose, quand ils ne sont pas ennemis. De cette même carrière solo, « Graciamania » a vu le jour, mais n’a pas récolte autant de lauriers que « Back tho the future ».

Garcia, l’optimiste juré

Garcia, le député-source : belpolitik.com
Garcia, le député-source : belpolitik.com

Malgré un statut de star encensée sur sa terre natale, retourner aux Etats-Unis, considérés, d’ailleurs,  par le concerné lui-même comme JérUSAlem, a toujours été une préoccupation pour l’acteur du «Onzième Commandement ». Vivement animé par le désir de retourner à Miami, il a fait plusieurs tentatives, mais sans succès.

« L’optimisme est une forme de courage qui donne confiance aux autres et mène au succès », a dit Baden-Powell.  La persévérance, la persistance, la ténacité et le courage de cet incomparable one man show allaient tout bonnement être payants.

Depuis son installation obligée en Haïti, après ses démêlés avec l’immigration étasunienne, conjointement à  ses activités artistiques, l’ancien chouchou de Miami s’est investi à fond dans le social.  D’où la création de « Fondation Garcia Delva », dont il est le proprio.

Lors des dernières élections  présidentielles et législatives Haïtiennes, il s’est intelligemment porté candidat à la députation pour la circonscription de Marchand Dessalines, sa ville natale. Sans surprise aucune, la star du Compas Direct a remporté ces compétitions électorales. Ce qui l’a conduit directement au parlement national en tant que député de la 49e législature haïtienne.

Et la musique alors?

En reconnaissance aux supports du public dans la réussite de sa carrière d’artiste, le chanteur, aujourd’hui parlementaire,  avait bien promis à ses fans, tout au long de sa campagne électorale, qu’il continuerait à chanter pour eux, même après son élection. Comme une promesse est faite pour être respectée, l’artiste qui s’est fait coupé les tresses, probablement à cause de ses obligations d’Etat, ne ratte jusqu’à date les grandes prestations de son  band Mass Konpa tant en Haïti qu’à l’étranger. Et le dernier défilé des trois jours gras haïtiens en est la preuve.  Le parlementaire s’est donné à tue-tête sur le char de sa formation musicale pour le plaisir de ses milliers de fans et supporteurs, présents sur le parcours du carnaval.

Retour aux Etats-Unis

JerusalemEtre chef en Haïti,  ouvre certaines portes qu’on penserait être verrouillées. Aidé par son statut de parlementaire, le président de la Commission Culture et Tourisme de la Chambre des députés, a eu en septembre dernier le privilège de fouler à nouveau le sol de Barack Obama,  pour des missions politiques.  Après neuf ans d’interdiction d’accès à JerUSAlem,  le premier come back du députe-chanteur aux Etats-Unis a pris une tournure événementielle.

La nouvelle a fait du buzz dans la communauté haïtienne de Miami, où les fans ont même fêté pour saluer ce retour, qualifié de victoire pour l’artiste, qui est un exemple de courage et de persévérance.

Chanteur du peuple, député du peuple, aujourd’hui Garcia Delva fait partie de ces personnages qu’on ne présente plus en Haïti. Son charisme, sa pétulance, sa détermination lui ont valu la gloire, les honneurs, les mérites,  et fait de lui ce qu’il est maintenant : un parlementaire, « un député super star ». Still yes Aya !

 Osman Jérôme


Des ˝Miss Univers˝ au carnaval haïtien

Quelques participantes de Miss Univers 2011 (Google/Images)

Le carnaval pour faire décoller Haïti. Le carnaval pour vendre les belles images du pays. Oui, Haïti se décolle, et huit (8) des craquantes demoiselles de la dernière édition de Miss Univers seront  à bord de la navette festive de ce décollage.

En fait, sous l’initiative d’Anadie Azael, la Miss Univers Haïti 2011 et la Reine des reines du carnaval de cette année, (8) huit des Miss Univers 2011 seront dans nos rues durant les manifestations carnavalesques, qui ont déjà bel et bien démarré sur les 27250 km2 du territoire national, depuis tantôt un mois, avec notamment les dimanches pré-carna.

Ces (8) huit jolies poulettes, qui s’étaient lancées l’année dernière à la conquête de la prestigieuse couronne de la plus belle demoiselle de l’Univers sont attendues à Port-au-Prince ce vendredi 10 février 2012. Cette délégation de beauté, qui est composée de : Vasuki Sunkavalli (Inde), Laura Gonçalves (Portugal), Ronnia Fornstedt (Suède), Sandra Amer (Danemark), Shakira Martin (Jamaïque), Aoife Hannon (Irelande), Chelsae Durocher (Canada) et Tashena Adderly (Turks and Caiscos) sera au pays pour un séjour qui prendra fin le 25 février prochain, soit quatre (4) jours après le défilé des trois (3) des jours gras, fixés du 19 au 21.

Ces miss, qui seront rentrées spécialement au pays pour le carnaval, prendront part tour à tout aux défilés du carnaval de Jacmel, des Cayes (ville hôte des festivités) et de Port-au-Prince. « Cette initiative rentre dans le cadre de mon projet, qui consiste à changer l’image d’Haïti à l’extérieur. En faisant rentrer ces genres de personnalités et en leur montrant les plus beaux sites du pays, le monde entier saura toutes les richesses dont regorgent Haïti », a fièrement  précisé Anedie Azael, qui depuis son retour du Brésil où elle participait à la 60e édition de Miss Univers, n’a jamais caché sa vision de voir une autre image de son pays.

Aucours de ce séjour spécial, ces miss, venant presque des quatre (4) coins du monde rendront également visite à certaines écoles et orphelinats du pays, dont celui que dirige Anedie sous la couverture de son organisation à but non lucratif dénommé « Peace Love International ». Un organisme aidant les enfants et les femmes à s’épanouir.

Après cette grande première, la Miss Univers Haïti 2011 annonce déjà la venue prochaine  d’un autre groupe de miss du monde qui viendra visiter son beau pays.

A rappeller que cette année, le carnaval local se déroule au tour du thème « Ayiti ap dekole, O kay pran devan » (Haiti décolle, les Cayes prend les devants). Et le rendez-vous de ce décollage est prévu pour les 19, 20 et 21 février prochain sur les macadams du boulevard quatre (4) chemins de la ville des Cayes, la 3e du pays.

Osman Jérôme


Le carnaval pour faire décoller Haïti

Photo : Osman
Photo : Osman

« La tradition est la somme des valeurs vieillies ». Dixit ce romancier et essayiste polonais Kazimierz Brandys, tiré de son ouvrage “Lettres à madame Z”. Comme la soupe au giraumont du premier janvier, le carnaval est pour l’haïtien une tradition à ne pas négocier. Pour sa conduite, parfois un peu extravagante, ce dernier est étiqueté d’un peuple ambianceur, bambocheur, festivalier. Ce, malgré la précarité de sa condition de vie. Dirait-on, peut-être que, l’ambiance est pour l’haïtien qui se respecte une sorte de thérapie qui lui soulage des maux de la vie. Cette ambiance, très souvent musicale dont je vous parle ici est présente presque partout dans nos activités quotidiennes. Dans les écoles avec les journées de couleur. Sous les péristyles dans les cérémonies vaudouesques. Dans les temples de certaines églises pour chercher la présence du Très Haut, etc. « Depi tanbou frape, ayisyen leve danse » (Au son du tambour, l’haïtien se met à danser), ajouteraient ceux qui connaissent un peu notre culture.

L’origine du carnaval haïtien remonte à l’époque coloniale. Selon certains historiens, c’était un temps de répit où les grands planteurs et les colons appréciaient la dramaturge locale de leurs esclaves de talent. Depuis lors, cette fête culturelle est rentrée comme par enchantement dans les festivités nationales.  Et annuellement, le peuple se donne à cœur joie dans cette jouissance populaire.

En effet, perçu comme une manifestation de grandes réjouissances, de défoulements et d’expression, chaque année, le carnaval local draine des milliers de fêtards à travers les rues de Port-au-Prince et de nos villes de province. Cependant, hormis son côté festif, notre carnaval c’est également une activité artistique où la peinture, l’artisanat et l’harmonie des couleurs font bonheur à la vue et à la vie.

Côté texte musical ; le carnaval haïtien est une tribune à ligne ouverte: pas de tabou. A cette période, on dit bien haut ce que l’on chuchotait tout bas: nos mœurs, nos déboires et nos frustrations. Rien n’est échappé aux sambas des bandes à pieds et aux paroliers de nos groupes. C’est l’espace où nos politiciens, nos dirigeants se font ridiculisés le plus. Messieurs Boniface Alexandre et Gérard Latortue, respectivement Président et Premier Ministre du récent gouvernement provisoire, peuvent en témoigner avec beaucoup plus d’éloquence. Avec humour et grivoiserie, les sujets traités dans les méringues parlent souvent de ce que la population endure. Donc, le carnaval haïtien reste et demeure une tradition  de créativité et d’imagination.

Nous sommes au seuil de l’année 2010, quand la terre a cruellement tremblé à Port-au-Prince et a tout pulvérisé sur son passage. Des milliers de vie sont parties. Nos églises. Nos écoles. Nos bureaux publics, tout est par terre. Et la ville est morte. A ce néfaste tableau, l’organisation du carnaval, fixé à quelques semaines  était impossible, même si certains l’auraient bien voulu.

Une année après, soit en mars 2011, malgré des drames  (cyclones, glissement de terrain, épidémie de choléra) et des crises (électorale, gouvernementale) qui ont suivi le cataclysme du 12 janvier 2010, malgré une absence remarquée des grands ténors au défilé des trois jours gras, les festivités carnavalesques ont eu bien lieu sous le thème « célébrer la vie », même si ce fut sous les décombres. En tout cas, peu importe. Vivant dans une atmosphère traumatisante, le peuple s’était bien régalé.

Aujourd’hui, deux ans après le tragique épisode du 12 janvier, malgré des millions et des milliards de dollars promis et débloqués, le pays souffre encore à sortir sa tête de cette eau stagnante: la misère. La route du progrès semble nous éloigner, à chaque fois qu’on essaie de l’emprunter, constatent certains observateurs. Mais d’où vient ce blocage ? Comment prendre le décollage ?, s’interrogent d’autres, qui rêvent de l’Autre Haïti. Si la première question demeure sans réponse, au moins les actuelles autorités haïtiennes ont la réponse à la seconde: le carnaval. Ouais, le carnaval pour faire décoller la navette socio-politique du pays, endommagée depuis quelque temps déjà.

Ayiti ap dekole, O Kay pran devan (Haïti décolle, les Cayes prend les devants) est le thème choisi cette année pour marquer les exercices carnavalesques. Bandes à pieds, groupes musicaux, Disc Jockeys (DJ), tout le monde semble être déjà à bord pour ce décollage. Les méringues déjà en rotation sur les ondes et les dimanches pré-carnavalesques ne prouvent pas le contraire.

Par ailleurs, il y a une grande modification cette année. Située à 196 kilomètres de Port-au-Prince (la capitale), la ville des Cayes, chef lieu du département du Sud a été choisie pour le défilé des trois (3) jours gras, au détriment du Champ-de-Mars, toujours occupé par plusieurs rescapés du 12 janvier 2010. Une décision, il faut le dire, qui a fait et fait encore gorges chaudes, et anime les débats dans les émissions culturelles. Heureusement c’est le chef de l’État lui-même, S.E.M Joseph Michel Martelly, qui a décidé d’offrir à la 3e ville du pays ce cadeau. Que cela suscite des mécontentements ou crée des susurrements, plus d’un voient en ce geste  un bel exemple de décentralisation, dont Haïti a vachement besoin pour son vrai décollage, après plus deux siècles d’indépendance.

Du dimanche 19 au mardi 22 février, Ayiti ap dekole (Haïti décolle). Et le rendez-vous de ce décollage est fixé sur les bétons de la ville des Cayes, qui se transforme déjà en chantier pour accueillir la plus grande manif culturelle du pays. Passagers soyez à bord. Tout en souhaitant que le matériel transportant soit bien équipé et prêt pour empêcher un crash vers l’abîme.

NB. Le site officiel du carnaval est : https://carnavalnationallescayes.ht/. N’hésitez surtout pas d’y visiter.

Osman Jérôme


57 ans après : Compas Direct en mode décadence

Nemours Jean-Baptiste,créateur du Compas Direct © https://nemoursjnbaptiste.homestead.com/
Nemours Jean-Baptiste,créateur du Compas Direct © https://nemoursjnbaptiste.homestead.com/

Avant les années 50, Port-au-Prince danse une musique. On y  fait une musique. Une musique fortement influencée par celle qui se fait en République dominicaine à l’autre bout de l’île, et celle qui se joue un peu plus éloigné à Cuba. Au début des années 50, l’idée de doter Haïti d’une identité musicale qui lui est propre se germât.

En 1955, le jeune talentueux saxofoniste, Nemours Jean-Baptiste donne naissance au Compas Direct. « C’est de l’identité qu’est née la différence ». Nemours semblait avoir tombé probablement quelque part sur cette citation de Heinz Pagels. En si peu de temps, ce genre musical d’une simplicité rythmique, mais d’une harmonie très envoûtante allait flatter le gré des mélomanes.

Le passé du Compas est marqué par des moments de gloire comme par des époques de vaches maigres aussi. De période en période, le Compas est soumis à toutes sortes de modifications, jusqu’au point qu’on peut se demander si ce qu’on fait aujourd’hui c’est du Compa Direct ? Innovation. Évolution. Qui sait. Le temps bouge.

Les instabilités

Depuis l’année de sa création, remontant en 1955, même dans des moments considérés comme des instants de gloire, le Compas (rythme dansant le plus populaire en Haïti) ne se passe pas un temps sans connaitre des bouleversements fracassants, des agitations tumultueuses. Défections des groupes. Instabilité des musiciens. Polémiques entre groupes. Pauvreté des textes. Carence des mélodies. Industrie musicale sous-développée. Bref. De quoi n’a pas déjà souffert la bourse musicale haïtienne, le Compas en particulier.

60-70, 70-80, 80-90, 90-2000, 2000-2010. Les générations viennent et s’envont. Aujourd’hui, nous vivons les années 2010, et les mêmes démons constituent toujours les mêmes obstacles à l’épanouissement de notre Compas Direct, vieux de plus d’un demi siècle. N’a-t-on pas dit que : “Les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets”. En tout cas. Avançons.

De 1955 à aujourd’hui, des dizaines d’orchestres ont défilé sur le podium du Compas. Certains d’entre eux sont venus et ils ont marqué leur passage. D’autres n’y ont rien apporté, au point que même leurs noms sont jetés au panier de l’oubli. Leurs passages n’ont duré que l’espace d’un bon matin.

Dans la foulée, on ne peut pas énumérer les défections ou les départs des musiciens pour aller monter d’autres groupes. Comme le champignon qui pousse sur du bon comme du mauvais terrain, les formations musicales Compas naissent et disparaissent à la vitesse du vent.

Tout a débuté au début : Webert Sicot (autre nom auquel on doit la création du Compas Direct) se sépare de Nemours pour donner naissance au groupe Latino. Gypsies doit sa naissance à la division des Difficiles. Skah sha # 1 est issu des Shleu-Shleu. Isnard Douby allait créer System Band après avoir tourné le dos aux Frères Déjean. Asad abandonne Coupé Cloué en cours de route pour monter Wanganègès. Timanno ferme la porte à DP Express pour camper Gemini all Stars. Les diverses ruptures  au sein de D-zine nous enfantent Nu-Look, Hang Out, Funky konpa. De la dissolution de Konpa kreyol sortent Kreyol la et Krezi Mizik ou Nou krezi. Les départs en série enregistrés à Zenglen nous donnent Mass kompa, Harmonik, Fasil. Le départ de Jude Jean de K-dans nous propose Chil. Kenny Desmangles préfére la disparition de son propre band 509 au profit de Zenglen. Nou krezi emboite encore le pas aux départs successifs de Délices Mézafi,  Roosvelt Jean Noel, Mikaben, etc. L’incompatibilité de caractère entre Arly Larivière et Gazzman Couleur Pierre au sein de Nu Look accouche dISIP. Olivier Duret vient tout juste de tourner la page de T-vice. Et le dernier épisode sensationnel en date de ce long feuilleton interminable, est la séparation inatendue, inespérée, spectaculaire de Richie de Zenglen après plus d’une décénie de collaboration. La nouvelle parait incongrue, mais elle est bien vraie.

À l’image typique même de l’ensemble du pays, le Compas Direct est timbré du sceau remarquable de l’instabilité qui ne fait pas honneur à son âge et à sa réputation.

Cette défection du maestro cinq étoiles au sein de son groupe chéri, selon certains critiques n’est pas ou ne sera peut-être pas au profit du Compas de cette Nouvelle Génération, qui a forgé sa carte d’identité sur le fond d’une carence de qualité. La présence du batteur aux 6 sens est annoncée par-ci et par-là. Ce qui crée un véritable embouteillage sur le long boulevard du Compas Direct, déjà mal entretenu, mal décoré par les déchets de toutes sortes.

Combien de batteurs, de maestros, de producteurs qui seront mis à pied pour accueillir le « superstar maker » dans un quelconque groupe, si intéressé en question ne compte pas monter sa propre formation musicale, comme certains le prétendent ? La réponse n’est pas pour longtemps. Mais en attendant, les rumeurs circulent comme à la ”5e vitès”.

A rappeler que, du jour de son alliance jusqu’à celui de son divorce avec Zenglen, formation musicale qui l’a porté sous les feux des projecteurs, Jean-Hérard Richard aka Richie a profité de toutes les occasions pour marquer le groupe de son empreinte musicale. Sa matière grise, toujours en constante ébullition a pondu des titres qui feront pendant longtemps le bonheur des fins tympans : « 5 dwèt », « 5 continents (Géographie de la femme) », « 5 étoiles », « 5 sens + 1 (6e sens)», « 5e vitès ».

Sa virtuosité dans l’écriture musicale lui a valu des compliments élogieux. Avec son sens  du travail bien fait, durant son remarquable passage comme capitaine de l’équipe 5 étoiles, l’homme au corps tatoué a hissé le groupe à une nouvelle dimension. De l’écriture musicale bien soignée, de sa dextérité à la batterie, de sa voix sur certaines chansons bien choisies, que n’a-t-il pas fait pour permettre à Zenglen de garder son statut de groupe phare de la Nouvelle Génération du Compas Direct. Le Capois est un talent sans profondeur.

Malheureusement depuis la note officielle du groupe qui a annoncé son départ, entre Richie et Zenglen, c’est une histoire ancienne. « Qui commence bien, qui finit mal ». Peut-être. The Richie’s name is no longer Zenglen, but “Zenglen’s forever”, dixit Jean Brutus Dérissaint, membre fondateur du groupe qui, dans les moments de déboires a su toujours trouver la formule qui marche pour que Zenglen soit toujours “Anlè bato a“.

Garry Didier Perez, Gracia Delva, Réginald Cangé, Nickenson Prud’homme tous habitaient le building 5 étoiles de Zenglen et s’en vont un jour. Et malgré, le groupe a su conserver son acte de naissance. Brutus, trouvera-t-il la vigueur efficace pour répondre à ce nouveau défi ? Certains pensent qu’il n’est pas impossible, mais mission difficile, vu ce que représentait Richie au sein de l’orchestre.

Cependant, peu importe, n’en déplaise à qui conque, l’actuelle industrie du Compas Direct n’est pas encore prête à se séparer d’un groupe à l’image de Zenglen, digne représentant de la Nouvelle Génération qui, par la qualité de sa musique a su faire une différence.

« L’âge amène la raison ». On dirait que le Compas Direct, le style musical le plus populaire en Haïti en est une exception.1955-2012. 57 ans après, malgré nombreux efforts de ses adeptes, le Compas de Nemours tarde encore à s’internationaliser en bonne et due forme.

Structure. Instabilité. Moyens. Où est le problème ? En tout cas, en attendant d’apporter des éléments de réponse à cette question, il est à signaler que ces bouleversements « goudoudou » en cascade qui secouent notre industrie musicale sont loin d’être pour son avancement, à moins qu’on se trompe.

Le mieux doit être envisagé dans un meilleur délai pour éviter le pire, si non on court le risque de perdre notre identité musicale au profit des autres rythmes qui courtisent  constamment notre paysage artistique.

Osman Jérôme


Deux ans après, Port-au-Prince pleure et plaît encore

Un marché sous les débris du 12 janvier 2012 (Haïti) © Osman J.
Un marché sous les débris du 12 janvier 2012 (Haïti) © Osman
Port-au-Prince, 12 janvier 2010, la terre a tremblé. La ville s’est effondrée. Elle tremble. Elle tremble encore et la capitale est sous les décombres. Des gens sur des bétons. Des bétons sur des gens. Personne ne bouge. La danse est macabre.

Du 12 janvier 2010 au 12 janvier 2012, nombreuses sont les personnalités politiques, les icônes du show-biz mondial ayant foulé les artères de la capitale haïtienne. Ils sont venus en signe d’appui et de solidarité au peuple haïtien. Un pays endeuillé par cette catastrophe naturelle qui laisse des sans abris, des sans habits. Qui entraîne des pleurs et des peurs.

https://twitter.com/mondoblog/status/1216359172398309376

De l’Orient à l’Occident, les caméras du monde ont été braquées sur Haïti. Des centaines, des milliers de morts, Port-au-Prince occupait les colonnes des grands journaux internationaux. Ce 12 janvier a tristement fait d’Haïti un « hit country ».

Des cinq (5) continents, des aides n’ont pas tardé à venir. Des ONG poussent comme des champignons. Cependant,  aujourd’hui, vu l’état actuel de la situation qui va de mal en pire après la tragédie, certains chuchotent qu’il y a « des aides qui n’aident pas ».

Commission de construction par-ci, commission de reconstruction par-là. Malgré certains efforts observés, le gros du travail pour refaire le visage de la ville tarde encore à être effectif. Nouveau gouvernement, nouvelles perspectives, certains recoins de la ville sont toujours décorés par les décombres. Laides. Hideuses. Les tentes qui abritent certains rescapés du désastre du 12 janvier 2010 se retrouvent presque partout dans la capitale. Les restes du bâtiment qui logeait notre beau palais national sont encore par terre.

Cependant, au milieu de cette situation apathique, qui ronge la capitale, Port-au-Prince plait encore. Durant la période de Noël écoulée, la capitale a été la destination préférée d’une kyrielle de stars aux prénoms sensationnels; Elephant Man, Fat Joe, Corneille, De Marco, Ne-yo, Kim Kardashian, Alpha Blondy, Oprah Winfrey, Sean Penn, Patrica Arquette… sont entre autres certaines de ces figures artistiques du show-biz mondial ayant pilé le sol de l’aéroport international Toussaint Louverture au cours des fêtes de fin d’année.

Venus pour des raisons distinctes, certains de ces artistes ont intelligemment profité de hospitalité haïtienne pour redonner vie à leur statut de star en déséquilibre. Ils ont joué dans nos clubs. Sillonné nos rues. Joui de notre soleil tropical. Photographié nos images. Et après ? Que bénéficie Port-au-Prince de ces visites en série ? Opinent certains. De l’aide, de la pub ? « A quelque chose, le malheur est bon ». Peut-être.

Deux (2) après le séisme dévastateur, Port-au-Prince peine amèrement à esquisser son sourire. La ville est toujours sous les poids des décombres. Il manque toujours de médicaments pour cicatriser les grosses plaies léguées par les secousses mortelles du tremblement de terre.

Mais malgré ces vives lésions qui font encore peur à certains, Port-au-Prince plait une fois de plus à d’autres. Des artistes qui y viennent pour performer. Des entrepreneurs qui y sont pour investir, etc.

Témoin de près ou de loin de cette macabre scène aux images horribles, aujourd’hui encore l’Haïtien porte les séquelles du drame apocalyptique du 12 janvier 2010 dans son parler, dans son penser, dans son fonctionner…Certains survivants restent toujours traumatisés. Ils sont sensibles à tout bruit. L’effet tragique du « goudougoudou » est encore visible.

 Osman Jérôme


Haïti reçoit Corneille pour la Noël

Corneille (C) https://www.artsetculture.ca
Corneille (C) https://www.artsetculture.ca

Les conditions économiques restent toujours précaires pour la grande majorité de la population. Cependnt, entre des affiches les unes plus alléchantes que les autres, les fêtes de fin d’année s’annoncent déjà grandioses en Haïti, notamment à Port-au-Prince. Pour la Noël, soit  18 décembre prochain, l’interprète de « seul au monde » est attendu au Parc historique de la Canne à sucre pour un concert. Entre-temps, l’annonce dans les médias ne suscite pas encore trop d’engouement.

Invité par la bière Prestige, l’artiste canadien d’origine rwandaise partagera l’affiche de ce premier spectacle en Haïti avec quelques têtes bien connues de la musique locale. Bélo (lauréat du Prix RFI Découvertes 2006), Mikaben, Ti Jo Zenny seront de la partie pour afin d’assurer une belle ambiance au public. Même si, moi personnellement j’ai des réserves quant au choix de Ti Jo à performer à cet évènement. BIC ou Jean-Jean Roosvelt, deux figures au profil plus ou moins avoisinés Corneille, ferait mieux la beauté du line-up. Bref. Passons.

Les accros des grandes affiches, les fans de Corneille en particulier pensent déjà à économiser les 1500 gourdes haïtiennes (GHT), ou environ USD $ 35, étant le prix du billet qui ouvre les portes d’accès à ce programme. Il y a certaines de ces occasions qu’on ne manque pas pour rien au monde. Maintenant, reste à savoir si l’évènement sera à la hauteur des attentes.

Osman Jérôme


″Radio-télé″, un nouveau format dans les médias haïtiens : pour le meilleur ou pour le pire ?

Crédit : pixabay.com
Crédit : pixabay.com

Dans nos sociétés actuelles, s’informer occupe une place prépondérante dans le menu quotidien des gens. On veut tout le temps être branché de la moindre info qui domine l’atualité nationale, voire mondiale. Ce, à quelque soit espace abandoné du monde que se trouvent les individus. Donc, restant toujours sur la soif de savoir comment va le monde, la présence des médias dans nos vies est d’une valeur inestimable.

Former, informer et distraire, telle est la principale mission à laquelle la presse locale essaye tant bien que mal à se tenir avec les moyens et les ressources disponibles. La radio, la télévision, les magazines, les revues, les sites web, la communauté médiatique haïtienne s’efforce à s’accomoder aux exigences du temps pour offrir ses services à la population.

A Port-au-Prince (capitale du pays) comme dans certaines grandes villes de province,  le long cadran de la bande FM (fréquence modulée) est quasiment saturé. Les fréquences livrées ou non autorisées par le CONATEL (Conseil National des Télécommunications) se multiplient quotidiennement sur tout le territoire national.

Sur les ondes de ces quelques dizaines de fréquences reconnues ou pas, toutes catégories de programmes sont disponibles, toutes sortes d’émissions sont diffusées à toutes les heures de la journée et de la nuit : politique, sociale, éducative, santé, etc., il y a pour toutes les oreilles.

Une heure de lanterne allouée sur les ondes des plus connues de ces dites stations est très coûteuse. Majoritairement privés, dans la plupart des cas, ces médias  fonctionnent au dépend des contrats publicitaires, parfois très juteux paraphés avec des entreprises, institutions, (privées et publiques) désirées de promotionner leurs services et leurs produits à un public plus élargi. De ce fait, pas même besoin de porter des verres si vous êtes myope ou presbyte pour analyser et comprendre le profit tiré par les patrons de ces organes de presse qui, pour la grande majorité d’entre eux ne vit que de cette activité, dont ils jugent souvent pas trop rentable ou bénéfique ; vérité ou mensonge ? Secret des dieux. Mais ce qui est certain, pendant qu’ils s’en plaignent d’une rentrée pas trop intéressante de cette activité, la quasi-totalité de ces hommes et femmes des radios haïtiennes nourrit chacun l’idée d’avoir une chaine de télévision en complémentarité avec la fréquence radiophonique déjà acquise.

En effet, ce format radio-télé, en germe depuis quelque temps dans le paysage médiatique local, semble aujourd’hui arriver à sa phase la plus active.  La plupart des grandes stations de radio de la capitale et de certaines grandes villes du pays émet dorénavant sur leur propre fréquence de VHF (très hautes féquences) ou UHF (ultra hautes fréquences). La liste est longue, mais on peut tout de même mentionner quelques unes, peut-être les plus connues :

Radio-télé Caraïbes (94.5, chaine 22), Port-au-Prince

Radio-télé Eclair (100.5, chaine 4), Port-au-Prince

Radio-télé Super star (102.9, chaine 68), Port-au-Prince

Radio-télé Vasco (93.7, chaine 50), Port-au-Prince

Radio-télé Ginen (92.9, chaine 69), Port-au-Prince

Radio-télé Antilles (93.3, chaine 42), Port-au-Prince

Radio-télé Métropole (100.1, chaine 52), Port-au-Prince

Radio-télé Méga star (93.7, chiane 60), Port-au-Prince

Radio-télé Indigène (88.9, chaine 54), Port-au-Prince

Radio-télé Lumière (97.7, chaine 24), Port-au-Prince

Radio-télé Soleil (105.7, chaine 25)

Radio-télé Zénith (102.5, chaine 26), Port-au-Prince

Radio-télé Galaxie (104.5, chaine 68), Port-au-Prince

Radio-télé Vénus (104.3, chaine 5), Cap Haïtien

Radio-télé New Star (97.3, chaine 13), Gonaïves

Radio-télé Provinciale (99.9, chaine 9), Gonaives

Radio-télé Dynastie (107.7, chaine 9), Saint-Marc

Radio-télé Dynamic (93.7, chaine 3), Saint-Marc

Radio-télé LJS (100.5, chaine 7), Saint-Marc

Radio-télé Power (94.5, chaine 8), Ouanaminthe pour ne citer que celles-là.

La grille de programmation de ces nouvelles chaines de télédiffusion n’affiche presque rien de nouveau si non la retransmission d’une pléiade d’émissions diffusées sur les plus grandes chaines internationales. L’apparition de cette nouvelle formule ″radio-télé, est ce pour multiplier le nombre restreint des émissions socio-éducatives dans les médias ?, s’interrogent certains. Ou, est ce pour accroître le profit des patrons en quête de nouveaux horizons économiques en vue de bien assurer leurs bourses?, inquiètent d’autres plus sceptiques. Si ces questions restent encore pendantes, cependant, un fait est certain, outre la rentrée des publicités radiophoniques, les directeurs des ces radio-télés font désormais des recettes pour des promotions audiovisuelles.

Osman Jérôme