Des fresques et des personnages

Fresque de Biggie (C) Osman
Fresque de Biggie (C) Osman

Dans certaines grandes villes du monde, le street art devient une tendance de plus en plus à la mode. Les rues se transforment en un lieu privilégié par les graffiteurs. Ils y voient une espace de liberté d’expression, soutenue par la créativité artistique. En effet, ce qui est surtout intéressant dans cette démarche, c’est qu’au-delà de l’appréciation esthétique du travail, ce sont surtout des œuvres à haute dimension sociale et politique dans la majorité des cas. L’art ne fait rien pour rien.

Ma passion pour la photographie aidant, je suis toujours fasciné par des espaces jalonnés des fresques. Coïncidence plutôt heureuse, je suis souvent tombé sur des portraits les uns plus beaux que les autres. Aujourd’hui, dans ce nouveau billet consacré à la peinture murale, je vous propose un angle particulier avec la tête de certains personnages mis à l’honneur par les artistes.

George Latore Wallace

Fresque de Biggie (C) Osman
Fresque de Biggie (C) Osman

Consommateur du rap ou pas, dans les magazines ou dans les documentaires, vous avez sûrement déjà entendu parler de Christopher George Latore Wallace dit Biggie. Un nom vénéré comme une légende dans la culture du hip-hop. D’ailleurs, le nom de Biggie et celui de Tupac Shakur (autre figure emblématique du rap américain) sont attribués au plus grand clash jamais connu dans le milieu du hip-hop. Aujourd’hui, vingt ans après son assassinat, le chef de file du rap east coast vit dans la mémoire de ses admirateurs. À Brooklyn où The Notorious B.I.G. est né, plusieurs fresques sont érigées en son honneur.

Donald Trump 

Fresque de Donald Trump (C) Osman
Fresque de Donald Trump (C) Osman

Campagne électorale bouleversante, président controversé, entre ses tweets acerbes et ses sorties provocatrices, Donald Trump représente à lui seul tout un monde. En si peu de temps comme premier citoyen à la tête des Etats-Unis, le milliardaire a changé l’ordre et la tradition des choses établies. Au point que sa conduite à la tête de la première puissance économique mondiale fait l’objet de grands doutes chez les observateurs. Ce serait donc étonnant que les artistes urbains n’aient pas été intéressés par ce type de profil. Un artiste du collectif Bushwick à New York y est allé de son petit travail. À vous donc d’apprécier.

Jean-Jacques Dessalines

Fresque de Jean Jacque Dessalines (C) Osman
Fresque de Jean-Jacques Dessalines (C) Osman

L’histoire politique du monde est jalonnée de grandes révolutions, de soulèvements les uns plus sanglants que les autres. Ces révoltes ont donné naissance à des leaders et des révolutionnaires qui, d’une manière ou d’une autre, ont marqué les grandes pages de l’histoire. Au panthéon de ces hommes qui ont donné leur vie pour l’émancipation des opprimés, se trouve évidemment le nom de Jean-Jacques Dessalines, visionnaire de son état. Par sa fougue et sa détermination, l’ancien esclave a conduit la Révolution haïtienne jusqu’à l’indépendance du pays en 1804. Premier Empereur d’Haïti sous le nom de Jacques 1er, le père fondateur de la nation a été lâchement assassiné le 17 octobre 1806. Il est mort sans réellement concrétiser son rêve d’un pays socialement équilibré. Ainsi, 213 ans après l’indépendance nationale, l’idéal dessalinien reste une utopie pour la Première République noire du monde. À Saint-Marc, un artiste urbain a voulu rendre hommage au père de la nation haïtienne avec cette peinture murale, dessinée sur la façade d’une maison privée.

Ernesto Che Guevara

Fresque de Che Guevara (C) Osman
Fresque de Che Guevara (C) Osman

Une lutte sociopolitique très mouvementée, une capture et une exécution spectaculaire, entre sa vie de rebelle et sa mort, Ernesto Che Guevara représente à lui seul l’incarnation d’un mythe difficile à pénétrer. Révolutionnaire marxiste ayant passé presque toute sa vie à combattre les inégalités et les injustices sociales, le guérillero cubano-argentin a laissé son empreinte sur divers mouvements de révolution dans le monde, en Amérique Latine en particulier. Les historiens et ceux qui ont côtoyé l’icône de la Révolution cubaine sont divisés quant à la vraie personnalité du natif de Rosario (Argentine). N’empêche que cinquante ans après sa mort, le Che suscite encore beaucoup d’admiration comme leader et révolutionnaire historique, ayant mené une lutte acharnée contre l’impérialisme. Aujourd’hui, son idéologie est reprise par ceux qui s’identifient au combat pour une société juste et équitable. Peut-être que pour aider à l’immortalité du Che, ce jeune artiste a dessiné son portrait sur un mur à Saint-Marc. Modeste contribution.

Martin Luther King Jr

Fresque de Martin Luther King (C) Osman
Fresque de Martin Luther King (C) Osman

Dans la lutte pour l’émancipation des Noirs aux Etats-Unis d’Amérique, Martin Luther King Jr fait figure de référence. Ce pasteur afro-américain est plutôt connu pour ses approches non-violentes dans ses batailles pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis. En effet, parallèlement à ses luttes contre la ségrégation raciale dans son pays, le leader pacifique était aussi engagé pour la paix et contre la pauvreté dans le monde. Ce qui lui a valu entre autres, le prix Nobel de la paix 1964. À Brooklyn, rue Junius, je suis tombé sur cette fresque, rendant un hommage mérité à l’homme de « I Have A Dream ».

Virginia Elena Ortea

Fresque de Virginia Ortea (C) Osman
Fresque de Virginia Ortea (C) Osman

Refermons ce petit classement sur une note littéraire, avec surtout un visage féminin. L’historienne Virginia Elena Ortea (1866-1903) est l’une des figures emblématiques de la littérature et de la presse dominicaine du XXe siècle. Féministe, l’originaire de Puerto Plata se faisait surtout apprécier de ses paires par sa libre pensée, ses préoccupations pour le destin de la femme, trop souvent identifiée à un être destiné aux travaux domestiques. Reconnaissance oblige, à Puerto Plata, il y a une école qui porte le nom de l’auteure de Risas y Lágrimas. Et cerise sur le gâteau, sur la façade principale de l’établissement scolaire, situé à l’avenue Pedro Clisante, une fresque de Virginia Elena Ortea est dressée en toute beauté.

Je sais. Pour les plus gourmands d’entre vous, cette sélection de sept images est trop petite. Mais ne vous inquiétez surtout pas. Je vous promets d’y revenir avec d’autres fresques, et surtout d’autres thématiques. Les artistes sont polyvalents et je suis un chasseur de belles images. En attendant, si cela vous tente, laissez un commentaire pour dire quelle est votre portrait favori de la petite collection du jour.

À bientôt.

Osman Jérôme

The following two tabs change content below.
Osman
Licencié en Psychologie, diplômé en communication sociale. Passionné des médias, durant plusieurs années, j’ai collaboré avec plusieurs radios et télévisions en Haïti. Amoureux des lettres, je fais du blogging tout d'abord par passion à l’écriture. Il est aussi important de signaler que je suis un photographe "amateur" qui veux tout immortaliser sur mon passage.
Osman

Derniers articles parOsman (voir tous)

2 réflexions au sujet de « Des fresques et des personnages »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *