Rutshelle Guillaume, une « Rebelle » au sommet

Crédit : compte Twitter de Rutshelle Guillaume

‌ »Plus jamais, plus jamais de peur, plus jamais, plus jamais de pleurs. Je suis épuisée, c’est assez. Je n’ai pas à baisser les yeux, je n’ai rien volé. Je n’ai pas à baisser la tête, je n’ai pas triché » […]. Madame, Monsieur, ces paroles ne sont pas de moi. Elles sont du premier couplet de « Victorious« , soit le premier morceau du nouvel album de Rutshelle Guillaume, fraîchement sorti sur les plateformes en ligne. Sans y être allée avec le dos de la cuillère, avec une rage à peine voilée, d’une voix pleine d’émotions, c’est avec ces mots que la très populaire chanteuse haïtienne a ouvert son deuxième opus, paru sous la couverture de « Rebelle ». Un titre qui ouvre déjà une belle voie à toutes sortes de polémiques, surtout dans une société haïtienne suspendue au sensationnel. D’ailleurs, si pour certains observateurs, le titre éponyme de l’opus s’apparente à une forme de provocation assumée, d’autres y voient plutôt une démarche très significative. Ces gens tiennent comme argument des incidents ayant marqué la vie sentimentale de l’artiste durant ces deux dernières années. Et à ce point, même l’intéressée lui-même n’est pas d’avis contraire.

Environ trois ans après avoir gratifié le public de son premier disque « Émotions », l’interprète de « kite’m kriye » revient dans les bacs avec du neuf. L’attente aura été longue pour des consommateurs assoiffés de nouveauté. Au final, vu la qualité du produit sorti, ils ne seront probablement pas déçus.

En effet, après environ une année de travail, des semaines de grandes mobilisations, c’est par un gros coup de communication axée notamment sur la puissance des réseaux sociaux que Rutshelle et son équipe ont finalement mis en circulation ce nouveau projet musical, salué favorablement par des critiques.

Quant à ses performances vocales, l’artiste n’avait plus rien à prouver de son talent sur cet album, tellement qu’elle s’y exerce avec une aisance incroyable. Côté créatif, contrairement au premier disque, c’est une Rutshelle Guillaume beaucoup plus diversifiée qu’on retrouve sur les onze morceaux compilés sur « Rebelle ». « En fait, le titre de l’album reflète quelque peu notre tentative. C’est une rébellion contre le statuquo et contre les idées préconçues. Les textes de Pascal Jean Wiener nous ont encouragé à faire plusieurs fusions de rythmes. Reggaeton et Hip Hop s’entremêlent aisément avec du Congo et du Banda comme s’ils étaient nés ensemble. C’est une approche où nous voulons à tout prix faire une œuvre moderne sans oublier nos racines », m’a d’ailleurs confirmé Fabrice Rouzier, producteur de l’album. En tout cas, c’est un mélange de rythmes qui plaira sans doute aux tympans du mélomane.

Dans « Le crépuscule des idoles » sorti en 1888, le sulfureux Nietzshe disait: « Tout ce qui ne tue pas rend plus fort « . Et depuis, cet aphorisme sert à allumer la flamme de l’espoir dans le cœur de certaines personnes confrontées à des obstacles de toutes sortes dans leurs vies. Au regard des scandales qui ont secoué sa vie amoureuse, Rutshelle se veut être un exemple de ce dicton. D’ailleurs elle l’a chanté sur son nouvel album. Après les tempêtes, le calme finira par revenir. L’artiste a affronté les épreuves, et aujourd’hui elle peut crier: « Plus jamais, plus personne n’a le droit de me frapper. Plus jamais, plus personne n’a le droit de m’humilier. Tout ça c’est terminé, je ne suis l’esclave de personne, ce temps est révolu. Je ne suis le bien de personne, c’est bel et bien fini « .

Ainsi, au lieu de se laisser détruire par tous ces évènements malheureux ayant marqué sa vie de jeune femme victime de violences conjugales, Rutshelle se montre plutôt déterminée à regarder vers l’avant, jusqu’à atteindre ce sommet de gloire où elle a donné rendez-vous à ses supporters, de plus en plus nombreux, notamment sur les réseaux sociaux.

L’inspiration fait des chansons. L’âge amène la raison. De simple victime, Rutshelle devient une « Rebelle » qui aime les « gentlemen« , des gars qui lui envoient des fleurs, des gars qui parlent des histoires de cœur […]. Mais qui rappelle aussi au passage dans « I’m Not For Sale » que son amour n’est pas à vendre. À bon entendeur, salut !

Osman Jérôme

The following two tabs change content below.
Osman
Licencié en Psychologie, diplômé en communication sociale. Passionné des médias, durant plusieurs années, j’ai collaboré avec plusieurs radios et télévisions en Haïti. Amoureux des lettres, je fais du blogging tout d'abord par passion à l’écriture. Il est aussi important de signaler que je suis un photographe "amateur" qui veux tout immortaliser sur mon passage.

5 réflexions au sujet de « Rutshelle Guillaume, une « Rebelle » au sommet »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *