Le « corps-beau » et le regard

Jolie jeune femme / (C) pixabay.com
Jolie jeune femme / (C) pixabay.com

Si la pesanteur est la loi qui attire tous les corps vers le centre de la terre, et pourquoi la beauté d’une femme ne serait pas la force qui attire tous les regards vers le centre de son beau corps, ou de son corps-beau pour mieux dire ? C’est la complicité entre le beau et le regard. La complémentarité entre l’homme et la femme. Dans un certain sens.

Difficile de vous dire pourquoi, mais comme presque tous les hommes constitués, mes yeux ont un faible, un sacré penchant pour les filles au corps dénué, débarrassé de toute graisse. Ces filles, qu’on dirait, qui ne sont pas œuvres du hasard. Pour qui, le Bon Dieu en a mis du temps pour les façonner, les architecturer pour plaire à nos sens masculins.

Malheureusement, la convoitise de la chair est un péché. Que Dieu, dans sa grâce me pardonne. Car à l’école, à l’église, dans la rue, même dans les films, je ne peux m’empêcher de me perdre, même pour quelques secondes dans les courbes ensorcelantes des gazelles bien tracées, qui tombent sous mes yeux, top friands de «Belmoun».

Saint-Marc, 25 décembre 2012. Quatre jours, après que les Mayas se sont plantés quant à la fin du monde, j’ai décidé de me retrouver dans un bar. Histoire de boire une Prestige (notre bière de médaille d’or). Notre Lionel Messi en bouteille (Rires). C’était aussi l’occasion pour moi, de saluer de loin le passage du Père Noel qui, pour une autre fois, n’a pas visité Haïti cette année. Peut-être, viendra-t-il l’année prochaine ? Bref.

En effet, après avoir passé deux bières, je me suis apprêté à vider le lieu, qui commençait à être rempli de gens. Soudainement, une fille, dans toute la splendeur de sa féminité, a fait son apparition à ce petit coin paisible, très fréquenté d’ailleurs par les jeunes. Élégante comme  à elle seule, elle n’a laissé personne indifférent. Waw !, a chuchoté mon cœur à mes oreilles.

Coïncidence heureuse. Elle vient s’asseoir sur un siège, pas trop loin de ma table. Disons, presqu’en face de moi. Circonstance oblige. J’ai commandé une autre bouteille. Une intelligente manière de me donner raison de passer plus de temps dans cet espace. Surtout qu’il y a certaines occasions, qui ne présentent qu’une fois l’an. Par ailleurs, je n’ai pas voulu non plus manquer cette opportunité de donner un peu de satisfaction à mes yeux.

Elle porte un jeans, qui épouse avec galanterie la forme modérée de ses fesses. Un petit corsage, quasi-transparent, mettant à l’honneur sa poitrine généreuse et ses seins bien arrondis. Elle a une chevelure abondante. Elle parait avoir du diamant dans ses grands yeux. Elle miroite comme les rayons perçants du soleil. Jésus-Marie-Joseph !

Taille de guêpe. Lèvres pulpeuses. Corps svelte. Regard perçant. Couleur brune pâle. Oswald Durant dirait de cette créature, un hymne  à la beauté pure. Ce soir-là, c’était le comble de la satisfaction pour mon regard. Je n’ai pas manqué une seconde de lui dévorer des yeux. Au point même que j’avais eu peur, qu’elle ne vienne pas me questionner sur mon attention trop soutenue pour elle. Ô c’était tellement appétissant pour mes yeux, pour mes sens.

Malheureusement, quand j’ai enfin décidé de lui rapprocher, un type, musclé comme ces athlètes qu’on voit chaque jour dans les combats de Boxe, vient de se mettre à ses côtés. Et dans toute son élégance de femme, elle s’est levée pour embrasser ce dernier.

Désolé, ce n’est pas à ce spectacle dont je m’attendais franchement. Vexé, je repars tout de suite, mais avec mes yeux pleins de belles images de son corps-beau, car mon regard en a eu pour son compte.

Le titre de ce billet est, bien évidemment inspiré de la fameuse pièce classique de Jean de La Fontaine ; Le Corbeau et le Renard.

Osman Jérôme

The following two tabs change content below.
Osman
Licencié en Psychologie, diplômé en communication sociale. Passionné des médias, durant plusieurs années, j’ai collaboré avec plusieurs radios et télévisions en Haïti. Amoureux des lettres, je fais du blogging tout d'abord par passion à l’écriture. Il est aussi important de signaler que je suis un photographe "amateur" qui veux tout immortaliser sur mon passage.

22 réflexions au sujet de « Le « corps-beau » et le regard »

  1. rien ne peut m’empêcher de te féliciter pour ce billet. dans notre langue maternelle je te dirais tout simplement, mais avec amour et respect : ATIS SA A BON ANPIL WI. MWEN JALOU TEKS SA A. Très bien inspiré mon pote.

  2. Hehehehehe, pour une description, tu as 18/20, mon cher. Façon tu as décrit la go là, si vraiment la convoitise de la chair était un péché, tu serais aux premières loges de l’enfer… Mais heureusement, c’est également Dieu lui même, Grand Architecte de l’Univers, qui nous demande de nous satisfaire de ses oeuvres, car elles sont belles et grande. Alors, comment te blâmer? Ou nous blâmer, puisque j’ai contemplé la fille à travers tes écrits?
    Bel article.
    Cordialement, Aphtal

    1. Boom! Heureux tout de meme de savoir que, je ne suis unique à accoreder un petit temps à ces belles déesses. Je partage entièrement ton avis Aphtal. Voire que nous sommes pas aveugles. Enfin, merci pour la note, tu es très généreux avec moi.

  3. Bien agencé ton texte mon cher ami, toutes mes Félicitationsssss…..!
    Je tiens juste à préciser pour notre frère Aphtal que la convoitise de la chair est bien un péché selon la bible ( Matthieu 5.28 )

  4. Quel poete,tu es.Elle t’a vraiment tapé dans l’oeil cette nana.Tu t’es juste focalisé sur son physique. N’oublie pas que c’est l’extérieur qui attire mais c’est l’intérieur qui retient.La vraie beauté d’une femme ne se voit pas forcément avec les yeux.Elle est belle certes mais elle t’a quant meme déçu par son attitude.En vrai gentleman,tu pardonnes cet affront fait à ta virilité d’homme,n’est-ce pas,très cher ami.

    1. Une fois n’est pas coutume, mais la coutume commence à partir d’une fois. Franchement, tu commences par ma gâter avec tes commentaires bien charpentés RitaFlower. En effet, comme la poésie est un monde enfermé dans un homme, donc, il se peut bien que je sois un poète sans le savoir. Bref. Bon, à te dire vrai. Je suis un passionné des œuvres poétiques. Et je m’y suis essayé aussi certaines fois.
      Par ailleurs, je suis entièrement d’accord avec toi. La beauté du visage est un frêle ornement, mais celle de l’esprit est ferme et inhérente, dirait Anatole France. Cependant, tu seras d’accord avec moi aussi que, le physique d’une personne est sa carte d’identité, celle qui la représente en tout premier lieu. Par conséquent, les traits physiques comptent beaucoup pour s’attirer les regards. Tu vois que, je ne dis pas friand en tout cas.
      Oui, c’était un affront, puisque même si je ne savais pas vraiment comment allait se tourner le film, mais je ne m’attendais pas à cette scène, qui m’a obligé de partir sans lui cracher une tonne de TU ES BELLE, voire même avoir son numéro. Par contre, je ne désespère point. Qui sait, un de ces jours, elle pourra à nouveau tomber sous mes yeux.

  5. Wawww!!! Je te connais Osman dans ta façon d’écrire surtout, mais là franchement je suis tout simplement impressionné de la façon dont sont agencés les mots que je trouve d’ailleurs, bien choisis pour la circonstance. Après avoir lu un si beau texte, je n’ai qu’a te féliciter mon frère pour cette belle réflexion. Keep up!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *